Territoires

Aude Des murs en béton compacté pour le musée de la Narbonne antique

Mots clés : Béton - Manifestations culturelles - Musées - galerie

Six mois après que la Ville de Nîmes a mis en chantier son musée de la Romanité, le 10 novembre, à Narbonne, la région Languedoc-Roussillon a posé la première pierre du musée régional de la Narbonne antique (Murena), à l’entrée Est de la ville. Les deux établissements, aux vocations complémentaires, se distinguent par leur conception architecturale. A Nîmes, Elizabeth de Portzamparc, jouant sur la légèreté et la transparence, a créé face aux arènes un bâtiment en lévitation, drapé d’un voile de verre. A Narbonne, le Britannique Norman Foster a imaginé un édifice de plain-pied, massif et minéral, fermement ancré dans le sol. L’ouvrage, de plan carré, coiffé d’une toiture débordante, sera coupé en deux par un grand présentoir métallique destiné à accueillir une collection de 1 700 éléments lapidaires : inscriptions, bas-reliefs ou fragments d’architecture.

Une vingtaine de prototypes.

Le bâtiment se singularisera aussi par le choix du matériau. L’architecte a opté pour un béton compacté formant des couches horizontales de teintes différentes, comme des strates archéologiques. Ce résultat est obtenu grâce à un procédé canadien, inédit en France : le système Sirewall. « Il s’agit d’un béton très sec qui rappelle le béton de terre, explique Guy Lamic, de SM Entreprise, chef de projet. Il est formé d’un granulat homogène avec très peu de vides, et offre une très bonne résistance à la compression. » Les murs périphériques comprendront deux parois, liées par un isolant. Les murs intérieurs seront constitués d’un simple voile. La mise au point du process nécessitera à elle seule trois mois de préparation. « Nous devrons réaliser une bonne vingtaine de prototypes », estime Marc Larruy, directeur technique de l’entreprise Fondeville. L’ouverture du musée est annoncée pour début 2019.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maître d’ouvrage : région Languedoc-Roussillon. Architectes : Foster + Partners, Jean Capia, Adrien Gardère (scénographie). Clos couvert : SM Entreprise et Fondeville. Surface : 8 000 m 2 . Coût des travaux : 27 M€ HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X