Edito

Au pied de l’estrade

Elle était pourtant alléchante, cette affiche. Au terme des primaires, les candidats à l’élection présidentielle couvraient l’ensemble de l’échiquier politique. Chacun solidement campé sur ses positions. Avec un tel casting, se réjouissait-on, la bataille des idées promettait d’être vivifiante, la campagne grisante.

Quelques semaines plus tard, la gueule de bois est sévère. Les questions de société ont laissé la place aux affaires des uns et aux querelles d’ego des autres. Pourtant, c’est bien de la France des cinq prochaines années dont il devrait être question, de son économie, de ses entreprises, de ses travailleurs. Et les grandes interrogations de...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5913 du 17/03/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X