Territoires Orléans

Archilab et le Frac Centre en zone de turbulences

L’exposition Archilab, organisée depuis 1999 par le Fonds régional d’art contemporain (Frac) à Orléans, ne fêtera peut-être jamais sa 10e édition, qui aurait dû avoir lieu à l’automne. La région Centre qui gère ces rencontres internationales d’architecture a annoncé que leur financement était compromis en raison des réticences de la municipalité. Selon la vice-présidente PS du conseil régional Carole Canette, 100 000 euros manqueraient à l’appel sur les 300 000 euros nécessaires. La municipalité assure pourtant être toujours prête à financer Archilab et explique n’avoir « pas été sollicitée officiellement ». Mais ces assurances n’ont rien changé. La région n’a toujours pas fixé de date pour la tenue de l’exposition, dont la dernière édition, en 2013-2014 avait rassemblé 34 000 visiteurs.

Recrutement difficile.

A cette controverse s’ajoute une polémique sur le devenir du Frac proprement dit, installé depuis 2013 dans ses nouveaux locaux signés Jakob + MacFarlane (13 millions d’euros). Depuis l’été 2014, « Les Turbulences – Frac Centre » qui réunit l’une des plus belles collections mondiales sur l’architecture cherche son directeur. A sa tête durant 18 ans, Marie-Ange Brayer a rejoint le Centre Pompidou et n’est toujours pas remplacée. Des personnalités connues ont pourtant postulé, mais la procédure de recrutement a été déclarée infructueuse. D’où une certaine fébrilité dans le monde de l’architecture.

Dans une lettre à la ministre de la Culture, cinq architectes, et non des moindres – Claude Parent, Dominique Perrault, Dominique Jakob, Brendan MacFarlane et Bernard Tschumi -, s’inquiètent d’une possible disparition de la « spécificité » du Frac Centre : « Nous ne comprenons pas qu’aucun de ces candidats n’ait été retenu. » Les architectes redoutent une fusion du Frac avec d’autres structures régionales dans lesquelles il « finirait inéluctablement par se dissoudre ». La région, qui va relancer la procédure de recrutement, explique qu’il n’en est rien mais peine à convaincre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X