Régions

Aquitaine Le nouveau préfet se dit confiant pour l’activité du BTP local

Mots clés : Collectivités locales - Entreprise du BTP

Le nouveau préfet d’Aquitaine, Dominique Schmitt, croit à une sortie de crise pour le BTP dans la région. A l’occasion de sa première rencontre avec la presse, il a énoncé ses priorités en saluant l’action efficace de son prédécesseur, Francis Idrac, qui a rejoint l’Inspection générale des finances. Ce juriste, docteur en géographie, a œuvré dans les collectivités locales avant de rejoindre le corps préfectoral (Creuse, Jura, Vosges, Indre-et-Loire, Finistère, région Auvergne), avec un passage à la direction générale des collectivités locales.

283 millions d’euros supplémentaires pour la relance

A la priorité régalienne de sécurité, le préfet ajoute une priorité conjoncturelle, la lutte contre la crise économique, et une plus stratégique, l’aménagement du territoire. En matière de lutte contre la crise, Dominique Schmitt a indiqué que « les enveloppes déployées au titre du plan de relance permettent d’injecter 283 millions d’euros supplémentaires dans la région, dont 200 millions ont déjà été engagés, avec une procédure qui permet de dégager 20 % de la somme totale du marché dès sa signature contre 5 % habituellement. »

A cela s’ajoute le fait que 70 % des collectivités girondines ont signé le protocole de remboursement anticipé de la TVA, ce qui représente 2,4 milliards d’euros d’investissements. « Il s’agit de 800 millions d’euros de travaux supplémentaires par rapport à la moyenne des années précédentes. De plus, les collectivités s’engagent à les réaliser d’ici à la fin de l’année », se félicite le préfet.

« Il s’agit d’un signe très fort pour le BTP », poursuit Dominique Schmitt, qui se dit « confiant pour l’activité du secteur. Le plan de modernisation des infrastructures est en route. Deux grandes concessions autoroutières sont lancées (A65 et doublement de l’A63) et la ligne à grande vitesse progresse. » Autant de projets qui assureront selon lui l’activité dans la région à court et à moyen terme.

En matière d’aménagement du territoire, le préfet se réjouit de travailler sur une opération d’intérêt national comme Bordeaux Euratlantique : « Le décret est en cours de préparation. Le plan d’affaires, qui doit être élaboré cet été, permettra de finaliser l’établissement public d’aménagement d’ici à la fin de 2009. »

Arbitrage attendu pour la LGV

Reste la question plus sensible de la LGV, qui a pris du retard. « Nous attendons l’accord des collectivités locales sur le protocole de financement d’ici au 15 juillet. Si elles ne s’engagent pas à cette date, il y aura un plan B mais il sera moins performant en termes de garanties. » Au sujet de la position prise par la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie (arrêt des études pour un nouveau tracé de la ligne), le préfet a rappelé qu’elle ne remettait pas en cause la LGV vers l’Espagne et qu’il attendait l’arbitrage du Premier ministre.

Enfin, Dominique Schmitt a souligné le comportement inacceptable de certaines banques qui bloquent les prêts et les facilités de trésorerie pour les entreprises. Il va saisir le médiateur national du crédit René Ricol sur ce sujet.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X