Régions

Antibes Le palais des congrès renaît grâce à un bail emphytéotique administratif

Mots clés : Contrat de partenariat - Information - communication - événementiel

«Le palais des congrès de Juan-les-Pins a été la torture de mes mandats passés. Nous avons envisagé de multiples solutions pour le réhabiliter ou le reconstruire et aujourd’hui nous sommes enfin arrivés, en nous appuyant sur un partenaire privé, à un projet qui répond à nos attentes », lance le député-maire d’Antibes, Jean Léonetti. Après une première tentative de reconstruction en bail emphytéotique administratif (BEA), abandonnée à cause de surfaces commerciales trop importantes, la ville vient finalement de retenir, en gardant la même procédure, le projet du groupement Imfined (Financière Duval), associé à l’architecte Jean-Jacques Ory, Eiffage, Sudequip, la Société générale et CFA Méditerranée.

Canopée et structure ovoïde

Le nouvel équipement s’étendra sur 14 000 m², avec un palais des congrès de 6 500 m² positionné sur le créneau des manifestations de moyenne importance, des surfaces commerciales sur 7 500 m² et un parking souterrain de 376 places, le tout étant destiné à assurer une animation permanente à Juan-les-Pins. Le contrat à signer prévoit une mise à disposition par la ville du terrain pendant 50 ans et le financement, en contrepartie, de l’équipement par Imfined (55 millions d’euros HT) plus deux flux financiers principaux (1)

Pour intégrer dans un environnement semi-urbain aux contraintes multiples cet équipement mixte (hauteur limitée à 21 m, stricte préservation de la végétation existante et notamment des pins), l’architecte Jean Jacques Ory a conçu un bâtiment « aux lignes souples, organiques », entièrement recouvert d’une grande canopée (une résille d’aluminium), de laquelle va émerger une structure ovoïde, la salle plénière du palais des congrès (1 300 m²) avec, autour, le hall d’exposition (2 000 m²) et les salles de commissions. Au total, le bâtiment comportera huit niveaux dont quatre en sous-sol. Entouré d’arbres, il permettra de reconstituer une coulée verte, entre le square Sidney Bechet et le jardin de la Pinède.

Le calendrier prévoit un dépôt du permis de construire et du dossier CDAC en septembre et, si tout se passe bien, un démarrage des travaux en septembre 2010 pour une livraison fin 2012 ; la Ville prévoyant de confier par une DSP l’exploitation clés en main du futur palais des congrès.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) A la charge de l’opérateur, une redevance financière indexée de 825 000 euros jusqu’à la 26e année puis de 15 000 euros jusqu’à la fin du bail et à la charge de la ville, un loyer financier annuel constant de 1 250 000 euros durant cinq ans puis indexé à partir de la sixième année, un loyer financier actualisable de 227 000 euros et un loyer au titre des charges de maintenance.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X