Territoires Bretagne

Anru 2 : Rennes prête à démarrer

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

A Rennes, le quartier de Maurepas n’attend plus que le feu vert du comité d’engagement de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) pour entamer sa mutation. Espérée en décembre 2016, cette ultime étape avant la signature définitive de la convention autorisera le démarrage des opérations du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU, aussi connu sous le nom de « Anru 2 ») début 2017. Rennes Métropole est la première des collectivités françaises à présenter sa copie, qui porte sur trois projets d’intérêt national (Le Blosne, Maurepas-Gayeulles et Maurepas-Gros Chêne) et un d’intérêt régional (Villejean-Normandie Saumurois). Sur un montant total de 500 millions d’euros sur dix ans, l’accompagnement financier attendu de l’Anru approche les 90 millions.

Sur le secteur du Gros Chêne (200 millions d’euros), Archipel Habitat, qui y détient 1 700 logements, s’engage dans un vaste programme de réhabilitation pour les dix ans à venir. « L’effort majeur va être porté au cœur même du Gros Chêne, avec un investissement de 60 millions d’euros », déclare Cécile Bélard du Plantys, la directrice générale (DG) d’Archipel Habitat.

Diversification résidentielle.

Le premier chantier démarrera sur deux des dix tours qui composent l’ensemble. « Le projet s’appuie sur les qualités indéniables de ce quartier et de son bâti pour restaurer son attractivité », affirme la DG. L’arrivée du métro en 2019 et la requalification des espaces publics contribueront à l’intégration urbaine et à la diversification résidentielle visées.
Autre axe fort conforme au cahier des charges d’Anru 2 : l’effet de levier économique doit bénéficier aux habitants « grâce à des dispositifs innovants d’insertion par l’économique (clauses d’insertion renforcées, chantiers-ateliers…), afin de soutenir l’emploi existant et de générer de nouvelles activités », poursuit Cécile Bélard du Plantys. Ce n’est qu’un début pour l’OPH de Rennes Métropole, dont 36 % du parc (4 736 logements) sont implantés en quartier prioritaire.
Avec Bellevue (Brest Métropole) et Bois-du-Château (Lorient Agglomération), la Bretagne compte quatre quartiers d’intérêt national et huit d’intérêt régional. A Brest, le protocole de préfiguration en est au stade de l’avancement. A Lorient, il est déjà formalisé. A Rennes, où il est signé et mis en œuvre depuis avril 2016, les acteurs sont dans les starting-blocks pour passer à la phase opérationnelle.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X