Actu

Anne-Flore Guinée et Hervé Potin Extension d’un écomusée Rennes

Mots clés : Aménagement paysager - Bois - Concours d'architecture

Pour pallier le manque d’espace engendré par de nouvelles acquisitions, l’écomusée du Pays de Rennes a fait appel à Anne-Flore Guinée et Hervé Potin pour concevoir une extension. Entièrement réalisé en bois, le nouveau bâtiment préserve le site et affirme sa contemporanéité à travers la réinterprétation de techniques traditionnelles.

Situé au bord de la rocade sud en périphérie de la ville, l’écomusée du Pays de Rennes a ouvert ses portes en 1987 au sein de l’ancienne ferme de la Bintinais, restaurée pour l’occasion. Il prend place au coeur d’un domaine de quelque 19 hectares traité comme un parcours agronomique ouvert au public. L’exposition permanente du musée propose de découvrir cinq siècles d’histoire bretonne à travers l’agriculture, la vie quotidienne ou encore l’architecture rurale. Suite à l’acquisition de la collection de mobiliers anciens d’Augustin Cattelliot, l’écomusée se trouvait à l’étroit, raison pour laquelle il a été décidé de lui adjoindre une extension. Un concours est organisé en 2007. Lorsqu’ils visitent le site, les lauréats Hervé Potin et Anne-Flore Guinée, sont « surpris par la qualité des constructions anciennes et de leurs typologies mais aussi par la potentialité offerte pas les atouts paysagers du site, notamment le bosquet existant, véritable écrin de verdure ». Le tandem nantais opte donc pour un bâtiment compact et horizontal qui s’inscrit dans un axe ouest-est, implantation qui permet à la fois de « préserver le site en conservant 70 % des plantations du bosquet » et d’offrir une lisibilité globale au bâtiment à travers une nouvelle façade sud englobant l’existant. L’extension s’étire dans le prolongement de la ferme et abrite au rez-de-chaussée une grande salle d’exposition temporaire en double hauteur, ainsi que des locaux techniques et de stockage.

Façade signal

Ce projet d’agrandissement est également l’occasion de restructurer l’existant mais aussi de réaménager l’espace d’accueil du public qui était jusqu’alors assez peu identifiable. Traversant, le nouveau hall s’ouvre sur la cerisaie et le parcours agronomique au nord tout en profitant d’une double hauteur. Réservé à la partie administrative de l’écomusée, l’étage est envisagé comme un volume indépendant qui prend la forme...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 200 du 01/10/2010
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X