Territoires

Amiens Le Musée de Picardie entame sa révolution

Mots clés : Manifestations culturelles - Musées - galerie

Près de quatre ans après sa présentation en 2012, le vaste programme de rénovation du Musée de Picardie (26 millions d’euros), mené par Catherine Frenak et Béatrice Jullien, débute enfin. Les deux architectes ont été lauréates du Prix Silletto 2015 pour leurs aménagements du pavillon central du familistère de Guise, dans l’Aisne. Actuellement, elles travaillent à la mise en valeur des œuvres d’art de l’esplanade de La Défense à Paris.

« Pour l’heure, le chantier concerne surtout la couverture, indique Sabine Cazenave, directrice des musées d’Amiens Métropole. Il faut changer les verrières non remplacées après les tempêtes de 2005. La réfection de la toiture dans ses parties haute et basse est également fondamentale. » Le parapluie de protection permettant de réaliser les travaux à l’abri est donc en place (Bernard Battais et Fils, Ferronnerie Mazingue).

L’audace de modifier la vision du musée.

A l’arrière du bâtiment, les œuvres lapidaires qui ornent un jardin « outragé par le temps », selon la jolie formule de Sabine Cazenave, sont en cours de démontage pour être placées en réserve : le fronton de la façade arrière du musée déposé en 1927 pour construire le pavillon Maignan, la fontaine des Robinsons, ancien élément des remparts de la ville, ainsi que l’une des arches du château Renaissance de Sarcus. Car il s’agit, en effet, de faire place nette pour l’ambitieux projet de Catherine Frenak et Béatrice Jullien, qui a l’audace de modifier la vision du musée historique, en le dotant notamment d’un bâtiment neuf et d’une extension rejoignant le pavillon Maignan, afin d’y créer des espaces d’accueil, de médiation et de services.

Près de 150 ans après l’ouverture, en 1867, du Musée de Picardie, dont le dessein était d’« équiper la ville de manière moderne », Amiens Métropole, maître d’ouvrage, a souhaité en faire de même en répondant cette fois aux enjeux du XXIe siècle. Au terme du chantier, la configuration des lieux en aura été révolutionnée, un peu à l’image de ce que fait Nantes avec la transformation de son musée des Beaux-Arts. Le Musée de Picardie est, il est vrai, régulièrement cité comme une référence parmi les musées de province. Les travaux devraient s’étirer jusqu’en 2019.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X