Autres

Ami Bois a encore du pain sur la planche

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Bois - Maison individuelle

Le constructeur toulousain de maisons individuelles en bois souhaite développer un réseau de franchisés.

La visite en 2003 d’une usine de maisons en bois en Finlande a été une révélation pour Frédéric Carteret, à l’époque directeur général au sein d’un grand groupe spécialisé dans la construction de maisons maçonnées. Deux ans plus tard, il crée Ami Bois. « Dans le monde, 70 % des maisons sont en bois. En France, le marché bois est plutôt porté par du haut de gamme, avec des maisons d’architecte. Il y avait peu de modèles préétablis », raconte l’ancien judoka de haut niveau, qui n’en est pas à son premier défi.

L’avenir lui donne raison. En 2005, en France, 5 % des maisons étaient en bois. Dix ans plus tard, la part atteint 10,5 %. Malgré la crise, l’entreprise de 42 salariés n’a jamais connu de baisse de régime. Le chiffre d’affaires – 12,5 millions d’euros en 2016 – progresse régulièrement. Plusieurs facteurs expliquent ce succès : les qualités du bois, bon isolant ; l’impact du Grenelle de l’environnement et de la RT 2015 sur la construction ; la capacité d’Ami Bois de construire en moins de cinq mois, pour satisfaire une nouvelle génération de propriétaires toujours plus exigeants en termes de délais. Ensuite joue l’innovation. En tant que président de l’Union des maisons françaises (UMF) Midi-Pyrénées, Frédéric Carteret en a fait son cheval de bataille. Un précepte appliqué à sa société, avec l’ambition de démocratiser toujours davantage la maison bois. Ainsi, pour répondre à la problématique de l’étanchéité à l’air, le service de R & D d’Ami Bois a imaginé deux pavillons en bois équipés d’une fenêtre sur le toit s’ouvrant automatiquement la nuit, en vue de favoriser la surventilation naturelle

Bilan carbone.

Ses efforts ont payé. En novembre dernier, Ami Bois a reçu à Dubrovnik (Croatie) la médaille d’argent dans le cadre du Challenge des maisons innovantes de l’UMF, dans la catégorie « Concept House ». Elle récompense deux modèles de modules préfabriqués, carré et triangulaire, de 6 m x 6 m. A présent, Frédéric Carteret veut également proposer un bilan carbone « pour apporter au client un avantage » et des services sous forme de contrats d’entretien.

Ami Bois sous-traite à 100 % à un réseau d’une cinquantaine d’entreprises tous corps d’état. Un bureau d’études interne et quatre conducteurs de travaux lui permettent de garantir la patte « Ami Bois » dans les quinze modèles proposés. Depuis le rachat en 2014 de Serge Goacolou Charpentes & Maisons Bois à Casteljaloux (Lot-et-Garonne), la PME possède son propre atelier de fabrication qui « permet de produire nous-mêmes nos murs et de gagner en flexibilité », pointe Frédéric Carteret.
Ami Bois compte aujourd’hui huit agences réparties dans le Sud-Ouest. Une neuvième vient d’ouvrir à Muret (Haute-Garonne), en périphérie de Toulouse. Une autre a été créée à Lattes (Hérault), qui ouvre la voie à un réseau de franchisés pour aller au-delà de la zone de chalandise naturelle de la société. « Je veux rester en intégré en Aquitaine et en Midi-Pyrénées. Je ne cours pas après le développement, mais les franchisés sont utiles pour une visibilité au niveau national, estime Frédéric Carteret. Via la franchise ou la concession, nous pouvons apporter une offre additionnelle à des confrères. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X