Enquête

Alternance « Faites-vous connaître »

Grâce à l’alternance, Maxence Tourneux a repris ses études et trouvé un poste de chef de chantier. « La force du dispositif est d’allier l’expérience au diplôme, et d’ouvrir les portes de l’emploi aux personnes motivées. Cela permet aussi de gagner sa vie en se formant. »

Son parcours

Maxence Tourneux connaît l’univers du BTP grâce à son père, artisan à la tête d’une entreprise de maçonnerie générale. Il obtient, en 2006, un brevet de Technicien encadrement de chantier. Le jeune homme rejoint alors, en intérim, le chantier de l’A41, qui relie Annecy à Genève. « J’y ai -découvert le monde du chantier souterrain. » Mais la crise de 2008 le contraint à chercher d’autres contrats. En 2010, il reprend ses études en BTS travaux publics au Groupe Formation Systèmes (GFS), à Lyon. « J’étais resté en contact avec le directeur de travaux de l’A41, qui travaillait désormais sur le chantier du tunnel du Fréjus, chez Razel-Bec (groupe Fayat). J’ai pu y être -embauché en alternance. » Puis il poursuit avec une licence professionnelle en génie -civil. « J’ai continué à me former en attendant que la situation économique soit plus favorable. J’ai -acquis de nouvelles compétences qui me seront utiles, car je souhaiterais devenir un jour conducteur de travaux. » Il est embauché comme chef de chantier chez Razel-Bec en 2013.

Son métier

Il est affecté au génie civil, et est responsable des by-pass, les galeries de communication entre deux tubes principaux. « Je manage deux équipes. Je prépare en outre les travaux et les -méthodes, et j’assure le suivi du chantier. J’ai également en charge une part de travail administratif, la gestion du personnel, la rédaction de rapports journaliers et de fiches pour les suivis qualité. »

Son conseil

« J’étais très investi durant toute ma période en -alternance. L’expérience que l’on vit en entreprise pendant ce temps compte énormément. C’est un moment durant lequel la hiérarchie nous suit de près, nous forme, nous évalue. Il faut se faire connaître : c’est grâce à un conducteur de travaux qui m’avait repéré que j’ai été embauché après ma licence. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X