Territoires

Alsace-Moselle Le SDEA entre dans le grand cycle de l’eau

Du petit cycle de l’eau formé par la production, la distribution et l’épuration, le SDEA passe au grand. Le Syndicat des eaux et de l’assainissement principalement basé dans le Bas-Rhin a pris, au 1er janvier, cette compétence « grand cycle » ouverte par la loi Maptam (loi sur la modernisation de l’action publique territoriale et l’affirmation des métropoles), qui englobe la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (Gemapi), la lutte contre les coulées de boues et l’animation de Schémas d’aménagement et gestion des eaux (Sage). « Situés au cœur de nos missions historiques, ces deux derniers domaines nous ont incités à choisir un champ plus large que la Gemapi », souligne Denis Hommel, président du SDEA. Par cette compétence nouvelle, le syndicat assurera la maîtrise d’ouvrage des actions et équipements de lutte contre l’érosion des sols et de prévention des inondations. Les projets viendront s’ajouter aux 45 millions d’euros annuels de travaux pour les réseaux d’eau potable et d’assainissement, qui sont programmés désormais de manière pluriannuelle, en l’occurrence de 2016 à 2018. « La planification de moyen-long terme va s’amplifier. Nous souhaitons l’inscrire dans des périodes de six ans, calées sur la durée des mandats municipaux », précise Joseph Hermal, directeur général.

Fonctionnement à trois échelons.

L’élargissement d’activité maintiendra le modèle de « coopération librement consentie des communes », alternatif à l’exploitation privée. Forgé par 75 ans d’histoire, il fonctionne selon trois échelons. Le local, constitué de communes isolées ou regroupées, reste décisionnaire pour les marchés de travaux jusqu’à 5 millions d’euros. Le territorial est organisé en sept antennes à l’échelle de bassins versants, pour se prononcer sur des choix comme la modernisation ou la mutualisation des stations d’épuration. Le « global » définit les grandes orientations, il regroupe les 500 communes adhérentes. Ce périmètre couvrant 810 000 habitants devient interdépartemental : jadis bas-rhinois, le syndicat connaît une extension récente vers les territoires limitrophes du Haut-Rhin et de la Moselle, d‘où l’appellation SDEA d’Alsace-Moselle.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X