Régions

alpes-maritimes L’Etat lance un pacte foncier

Mots clés : Logement social - Politique du logement

«Le prix du foncier est tel sur notre territoire qu’il est pratiquement impossible de monter des opérations de logements sociaux », lance le président de la communauté d’agglomération de Sophia Antipolis, Jean Léonetti. « Nous sommes à 2 700/2 800 euros le m² habitable dans le neuf, ce qui est énorme », enchérit Dominique Estrosi-Sassone, présidente de Côte d’Azur Habitat, le 1er bailleur social des Alpes-Maritimes.

Malgré une décélération des prix de l’immobilier neuf (repassés sous la barre des 5 000 euros/m² au 1er trimestre 2009), le déficit en logements pour actifs s’est creusé ces derniers mois. Selon la CCI Nice Côte d’Azur, qui vient d’organiser ses 3e assises du logement pour actifs, le « manque » est de 3 500 logements l’an, face à un besoin de 5 000 résidences principales l’an.

Les services de l’Etat viennent de mettre sur pied un « pacte foncier » ; des actions à mener en partenariat avec les grandes collectivités pour accroître la production de logements locatifs sociaux, en accession libre et sociale au travers des PLH : création d’un observatoire foncier, utilisation renforcée de la planification territoriale, montage d’opérations mixtes public/privé, augmentation de la maîtrise foncière publique, etc.

« Il y a de plus un vrai besoin de relance d’opérations publiques d’aménagement type ZAC ou PAE quand on sait que, dans les Alpes-Maritimes, le taux intervention de la puissance publique sur le foncier est inférieur à 10 % », ajoute Jean-Pierre Carteirac, directeur de la direction départementale de l’équipement et de l’agriculture. Ce pacte foncier 2009-2011, qui vient de faire l’objet d’une déclaration d’intention des partenaires, devrait être en place avant fin 2009, après vote des collectivités.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Programme d’intervention de l’EPF

L’Etablissement public foncier Paca (440 millions d’euros d’engagements, un potentiel de construction de 15 000 à 20 000 logements) prépare son 3e programme d’intervention 2010-2015 qui sera entériné en fin d’année, dans un contexte régional marqué par une croissance démographique qui est repartie à la hausse (près de 1 % l’an). « Nous allons faire porter nos efforts sur les grandes agglomérations, actuellement en sous-production de logements par rapport aux besoins et dont les PLH devraient en moyenne être augmentés de 30 % », explique son directeur, Pierre-Louis Soldaïni. L’EPF milite pour le retour à de grandes opérations d’ensemble initiées par les collectivités et à même de produire plus de densité, mixité et cohérence avec les politiques d’équipements publics et de transport…

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X