Territoires

Alpes-Centre Est Ingérop fusionne ses directions régionales

Le numéro 5 de l’ingénierie française (voir le classement du « Moniteur » du 11 décembre 2015), se réorganise sur le vaste territoire qui va de Clermont-Ferrand à Lyon, en passant par Annecy, Grenoble, Vienne et Marcoule. Une fusion des entités de Rhône-Alpes et Grand Centre qui a donné naissance à une nouvelle entité dénommée Ingérop Alpes Centre Est. « Cette fusion va nous permettre de conforter notre assise régionale pour nous projeter sur des projets de taille plus importante et développer l’export », souligne Stéphane Potin, directeur de la nouvelle unité. Forte de 360 collaborateurs et d’un chiffre d’affaires 2015 de 41 millions d’euros, l’entité couvre les quatre domaines d’activité suivants : énergie et industrie, bâtiment, eau et environnement ainsi que ville et mobilité.

Des ambitions dans le bâtiment. Bien ancrée dans l’activité énergie et industrie – principalement dans les domaines automobile, mécanique, chimique – et ville et mobilité, l’ingénieriste entend bien prendre des parts de marché dans le secteur du bâtiment. « Nous avons un véritable savoir-faire dans le domaine hospitalier », argumente Jean-Yves Onillon, directeur délégué de l’unité Alpes Centre Est en charge des activités bâtiment et ville et mobilité. Pour répondre aux besoins de ses clients industriels, la nouvelle entité régionale vient également de créer une activité contracting basée à Lyon. « Il s’agit d’accompagner des clients industriels ou des clients publics sur des projets globaux avec un engagement en termes de coûts et de délais. Nous visons des projets allant de 500 000 euros à 10 millions d’euros », explique Stéphane Potin. Offre de services complémentaire, cette activité de clé en main permettra également de « répondre sur des moyens expérimentaux dans le domaine du développement industriel ». L’entité régionale, qui pilote d’importants projets à l’international, entend bien se développer également à l’export. Elle ambitionne de faire passer le chiffre d’affaires hors des frontières de 35 millions à 70 millions d’euros d’ici à 2020.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X