Territoires

Aix-Marseille Forte mobilité résidentielle sur la métropole

La métropole Aix-Marseille Provence, comme les autres métropoles régionales, a perdu en 2015 des habitants dans ses échanges migratoires avec le reste du territoire. Mais compte tenu de sa taille, elle est celle qui affiche la plus forte proportion de mobilités internes. Il s’agit de l’un des constats de la dernière étude sur l’habitat menée en partenariat par l’Insee, l’Agam et l’Aupa pour éclairer les politiques de logement. Ces migrations résidentielles depuis les villes-centres (Marseille et Aix) s’opèrent au profit des bassins est et ouest de Marseille, du Pays d’Aix nord et sud et de territoires comme le Pays salonais, le Pays d’Aubagne et de l’Etoile, le Pays de Martigues et d’Istres Ouest Provence. Au-delà, les habitants de la métropole sont attirés par l’ouest varois, le bassin toulonnais et les autres régions du sud. Par tranche d’âge, ce sont les seniors qui sont les plus nombreux à quitter la métropole, en général pour acquérir une maison moins grande. Les deux principales raisons qui incitent les ménages de moins de 40 ans à s’installer ailleurs sont l’habitat en maison individuelle et l’accession à la propriété.

Autres enseignements de l’étude : les logements neufs mis sur le marché récemment sont surtout des deux ou trois pièces et le marché du neuf répond principalement aux besoins d’habitants jeunes (couples avec ou sans enfant). 60 % des occupants de ces logements neufs ont ainsi moins de 35 ans. « L’offre semble en revanche moins correspondre aux attentes des ménages plus âgés », note l’étude.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X