Enjeux Aménagement

A Plaine Commune, un futur entre travaux et bureaux

Le secteur nord du quartier Cristino-Garcia-Landy doit s’inventer un avenir. A cheval sur Saint-Denis et Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), sur le territoire de Plaine Commune, cette friche de 4,5 ha n’accueillera pas le centre nautique olympique si Paris décroche l’organisation des Jeux de 2024. En juin 2016, le comité de candidature lui a en effet préféré « la plaine Saulnier », une parcelle plus vaste et plus proche encore du Stade de France.

« Nous avons une page à écrire. Le projet urbain du secteur nord reste à concevoir », indique David Cocheton, directeur général adjoint de Plaine Commune Développement. La SEM d’aménagement a confié à l’agence DMP (Christoph Denerier) la réalisation d’une étude urbaine, qui doit être rendue à la fin de l’année. Outre cette partie septentrionale, le périmètre de réflexion inclut plusieurs tènements fonciers localisés en limite sud, ainsi que les abords de la future gare Stade de France du Grand Paris Express.

Du tertiaire près du RER. Située sur la ligne 15 Est (Saint-Denis-Pleyel/Champigny Centre), elle assurera la correspondance avec la station du RER B La Plaine-Stade de France et, à terme, avec le prolongement du tramway T8 vers Paris. Fréquentation attendue : 55 000 voyageurs par jour. La Société du Grand Paris (SGP) compte engager les premiers travaux en 2019. Un chantier, qui, selon le responsable de la SEM, « devrait fortement impacter le calendrier du projet d’aménagement jusqu’à la mise en service du tronçon 15 Est en 2025 ». La SGP envisage en effet d’utiliser cette emprise pour y créer un puits de sortie de tunnelier, et de profiter de la proximité du canal Saint-Denis pour y ins taller une zone d’évacuation des déblais.

Les discussions entre Plaine Commune Développement et la SGP ont débuté. « Il faut parvenir à un compromis acceptable par les deux parties, prenant à la fois en compte les contraintes de la Société du Grand Paris et la volonté de la collectivité locale de poursuivre un processus opérationnel déjà engagé », estime David Cocheton.

L’aménageur souhaiterait sanctuariser la partie sud de la zone. La construction d’une première opération de bureaux (31 400 m2 ), développée par Sogelym Dixence et Européquipements et conçue par l’agence Valode et Pistre, vient de démarrer à côté de la gare du RER B. Livraison prévue en 2019. « Notre objectif est de réaliser à proximité et assez rapidement un autre programme tertiaire d’une surface équivalente », précise le directeur général adjoint. La SEM a déjà lancé la commercialisation des droits à construire de cet autre immeuble de bureaux. Elle espère signer une promesse de vente à la fin de l’année.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X