Autres

A Paris, le métro n’oublie pas le dodo

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Logement social - Transport collectif urbain

La RATP va construire 2 000 logements dans la capitale d’ici à 2024, en valorisant des sites industriels et des stations.

Il n’a pas « un mètre carré de libre » sur ses 750 hectares de foncier, mais il participe quand même à l’effort de construction de logements à Paris. Rémi Feredj, le directeur immobilier de la RATP, doit construire 2 000 logements d’ici à 2024, selon la feuille de route signée avec la mairie (et 3 200 dans toute l’Ile-de-France). Pour atteindre cet objectif, le professionnel compte valoriser huit sites industriels occupés par des dépôts de bus, des ateliers de réparation de métro et de RER ou par des rails, ainsi que plusieurs dents creuses. Pour 2016, quinze volumes à rehausser ont été sélectionnés. L’appel à projets, lancé avant l’été, proposera de les valoriser par lot de cinq. « L’objectif est de rendre l’opération rentable, explique Rémi Feredj. Il s’agit de petits immeubles industriels ou de stations de métro en rez-de-chaussée. Nous souhaitons travailler en filière sèche, en privilégiant des constructions bois préfabriquées afin d’obtenir une structure légère et de réduire le temps de chantier. »

Dans les semaines à venir, la RATP lancera trois autres appels à projets : l’un sur une parcelle de la porte de Choisy (XIIIe), l’autre sur le site Arnold Netter (XIIe) et enfin aux Ateliers Vaugirard (XVe). Comme à son habitude, la société de transport restera propriétaire du foncier et vendra les droits à construire au-dessus des installations techniques. Chaque immeuble de logements doit comporter 50 % d’habitations sociales « construites et gérées par notre filiale HLM, Logis-Transports », précise Rémi Feredj, la partie privée étant confiée aux lauréats des appels à projets. A l’exemple d’Eiffage Immobilier, en charge de la valorisation du centre de bus du boulevard Jourdan (Paris XIVe). « Nous y construisons une centaine de logements en accession, proposés à 10 400 euros du mètre carré, indique Philippe Plaza, directeur général de l’entreprise de promotion. La commercialisation, réalisée pour moitié, a été lancée en fin d’année 2015. »

L’architecture, « un support de marque ».

La RATP porte une attention particulière à l’architecture. « C’est un support de marque, le bâtiment construit doit rappeler l’activité située en sous-sol. » Auparavant, la régie parisienne imposait l’architecte au lauréat de ses appels d’offres. Désormais, elle proposera aux candidats une liste d’architectes susceptibles de travailler sur son foncier. « Ils choisiront leurs partenaires et réaliseront une proposition de forme urbaine et de prix », indique Rémi Feredj. Cette nouvelle méthode s’appliquera pour l’appel à projets des Ateliers Vaugirard, lancé au plus tard courant avril. Le projet prévoit de construire un immeuble tertiaire de 10 000 m² et 240 logements (dont la moitié d’HLM).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

750 ha de foncier, 500 ha de tunnels et de voies, 250 ha de bâtiments industriels.
3 200 nouveaux logements, dont 2 000 à Paris, le reste sera développé en région parisienne.
50 % des logements nouvellement construits seront des HLM.

ENCADRE

Contact : Elodie Chadel-Amanou, 01.58.77.26.05 ou elodie.chadel-amanou@ratp.fr

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X