Régions Bas-Rhin

A Haguenau, le quartier Thurot avance à vue d’œil

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Marché de l'immobilier - Métier de l'immobilier - Politique du logement

1,16 Md€ Investissements cumulés en trois ans grâce au « Pacte Lorraine », représentant 550 projets.

970 €/m2 Prix de vente médian des appartements anciens à Mulhouse à mi-2016, en baisse de 5,6 % sur un an. Source : Notaires.

– 8 % Baisse du nombre de logements autorisés dans le Grand Est sur un an, à la mi-2016. Source: Ceser .

Pour l’ancienne caserne Thurot de Haguenau (Bas-Rhin), la reconversion avance au rythme de la cavalerie ! Deux ans après le bouclage du dossier de réalisation de la ZAC municipale, « les lots attribués correspondent à un premier palier de 300 logements, sur un total de 700 prévus sur une décennie », annonce Caroline Dollé-de Ravinel, directrice des grands projets à la Ville.

L’objectif principal de mixité déclenche des programmes d’habitat très divers, augmentant les chances de commercialisation. Inaugurée le 18 novembre prochain, la résidence junior de Batigère Nord-Est de 104 logements comprend 85 studios meublés pour des stagiaires en alternance : une opération de 13,9 millions d’euros. Son architecte, TOA, conçoit à présent la résidence senior de 78 appartements de Demathieu Bard Immobilier, dont le permis de construire est attendu pour la fin de l’année.

Le label Ecoquartier en point de mire. Dans les opérations plus classiques, la Ville a retenu Icade et le cabinet Oslo pour la réhabilitation lourde d’un des derniers bâtiments d’origine de la caserne du XIXe siècle. Le groupe a déposé le permis pour 4 000 m de tertiaire et logements en R+3 à livrer d’ici à la fin 2018.

Par ailleurs, BPD Marignan a remporté cet été un premier macrolot de 95 logements. Il s’est associé à Batigère, compte tenu de la variété des offres : accession classique à la propriété, accession à prix modérés, accession sociale sécurisée (par Batigère Maison Familiale) et locatif social. Le promoteur déposera incessamment le permis des 6 300 m plancher pour quelque 9 millions d’euros de travaux en 2018-2019. La mairie a imposé, « à titre expérimental », que la maîtrise d’œuvre soit assurée par les Ateliers 2/3/4, émanation de Faubourg 2/3/4, le rédacteur du plan directeur de la ZAC, reconnue depuis 2015 par l’Etat comme Ecoquartier, catégorie « Engagé dans la labellisation ». Pour son programme, BPD Marignan estime « respecter les principes d’aménagement paysager, de place importante laissée aux espaces verts et de densification ». Les six bâtiments auront une hauteur croissante, de R+2 à R+5, à mesure que l’on s’approche de la voirie bordant le quartier.

Le parc public, conçu comme le cœur de Thurot, sera aménagé d’ici à la fin d’année, tandis qu’un parking-silo de 300 places revêtu de lames métalliques viendra poser un signal bâti de 12 m de haut (architecte Mariotti & Associés, opération de 4,65 millions d’euros HT, travaux d’avril 2017 à septembre 2018).

Cette profusion incite la Ville à calmer le jeu : elle compte attendre un an ou deux avant de lancer le second macrolot de logements, « dans le souci de ne pas déstabiliser le marché immobilier local », précise Caroline Dollé-de Ravinel.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X