Enjeux

A+ Architecture ou la dynamique collective

Mots clés : Architecture

La plus grosse agence montpelliéraine s’emploie à élargir son territoire.

Elle a récemment pris pied à Toulouse et se voit à Paris.

L’agence A+ Architecture a inauguré à Montpellier, le 21 octobre, un siège qui lui ressemble : un volume unique, sobre et transparent, composé de six demi-plateaux. Les associés y travaillent autour d’une même table. Car l’histoire d’A+ est d’abord celle d’une bande de copains. Philippe Bonon, Philippe Cervantes et Gilles Gal se sont associés à la fin des années 1980, avec Denis Bedeau, décédé depuis. A cette époque, la Ville de Montpellier se proclame « surdouée ». A+ épouse alors le mouvement impulsé par le maire, Georges Frêche. « Nous n’avions pas de tactique mais un féroce appétit, se souvient Philippe Bonon. Montpellier nous offrait à ce moment-là la chance d’affronter des architectes nationaux. » La jeune agence s’étoffe, agrège des compétences complémentaires : coordination, économie de la construction, BET fluides. Et appose progressivement sa griffe dans le paysage local : l’extension du stade de la Mosson au nord, le stade de rugby Yves-du-Manoir à l’ouest,...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5902 du 30/12/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X