Gros œuvre

8 microstations d’assainissement

Mots clés : Démarche environnementale - Matériel - Equipement de chantier - Qualité de l'eau - eau potable

Avec une emprise au sol réduite, une durée de vie longue et une fréquence de vidange faible, les microstations et filtres compacts ont des atouts à faire valoir face aux systèmes d’ANC classiques.

Une reconnaissance récente

L’assainissement non collectif (ANC), dispositif de traitement autonome des eaux usées non raccordées au réseau public de collecte, concerne principalement les maisons individuelles en milieu rural. Il représente environ 5 millions de logements (15 % de la population française). Considéré autrefois comme une solution d’attente au raccordement au tout-à-l’égout, il est désormais reconnu comme une solution à part entière, performante et durable. Afin d’éviter les problèmes sanitaires ou environnementaux, l’installation doit être bien dimensionnée, entretenue et contrôlée régulièrement par le Service public d’assainissement non collectif (Spanc), obligatoire dans chaque commune depuis 2006. Depuis 2012, le projet de toute nouvelle installation doit être validé par le Spanc.

Le choix classique ou compact

Parmi les familles existantes en ANC, on trouve les systèmes classiques de fosses avec épandage souterrain ou les massifs filtrants plantés, qui nécessitent une emprise minimale de 50...

Vous lisez un article de la revue MEI n° 5817 du 22/05/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X