Régions

5 acteurs incontournables

Mots clés : Collectivités locales - Economie mixte - Logement social

Thierry Repentin président de l’Union sociale pour l’habitat

L’habitat social par choix

Fils spirituel de Louis Besson ? Pourquoi pas ? Il en a été le chef de cabinet puis l’adjoint et, comme lui, il a su devenir un spécialiste du logement social. Pourtant, Thierry Repentin a su exister par lui-même et se construire une légitimité locale – à la tête de la communauté d’agglomération comme au conseil général de la Savoie ou au Sénat – aussi bien que nationale : n’est-il est pas le nouveau président de l’Union sociale de l’habitat. Il y a quelques années, avec des amis socialistes, il avait hissé le drapeau européen au sommet du Mont Blanc, devançant la cordée d’une autre famille politique. C’est tout lui : le goût du travail en équipe, de l’effort, de la compétition, et une réelle sensibilité européenne. Sujets austères, look sévère, Thierry Repentin est l’inverse d’un « people ».

Monique Marchal DG de Chambéry Promotion « Madame montagne »

La montagne, ça l’a gagnée très tôt, via les colonies qu’animait son père. En 1992, elle a l’intuition que Chambéry doit être la ville de référence pour tout ce qui touche à la montagne, la ville du débat entre les différents acteurs, au travers par exemple de « son » festival des métiers de montagne. Grenoble et Chamonix sont déjà sur le créneau? En dix ans, elle a pourtant su faire vraiment de Chambéry le « carrefour alpin de l’Europe », et réconcilier cette ville d’entrepreneurs avec les principes du développement durable.

Corine Aubin-Vasselin DG de l’Opac de Chambéry Une militante sociale

Lorsqu’on est passionné par les problématiques du logement social, travailler dans la ville de Louis Besson est un rêve. Après quatre années comme directrice de l’Arra HLM, Corine Aubin-Vasselin voulait être plus engagée sur le terrain. Elle est exaucée : DG de l’Opac de Chambéry et de la société d’économie mixte de la ville. Et à part ça ? Elle participe à un club national de veille prospective… toujours sur le logement social !

Xavier Chambre et Daniel Vibert architectes

Au plaisir de la complexité

Leur union s’est scellée dans un chapeau, en 1980 : jeunes architectes, ils commençaient juste à travailler ensemble lorsque leurs noms sont tirés au sort pour la réfection d’une mairie de Haute-Maurienne. Le succès s’est ensuite construit sur de petites choses. Répondre présent lorsqu’on sollicite un avis pour une couleur de portail. « C’était pour EDF. Nous avons travaillé quinze ans avec eux », sourit Daniel Vibert. Ensemble, ils ont aussi vécu l’aventure des Jeux olympiques d’Albertville, de l’autoroute de la Maurienne, de l’aquarium de Nouméa… avec, depuis une dizaine d’années, de nombreux projets immobiliers sur Paris et à l’étranger. Chaque fois, avec les mêmes exigences : des maîtres d’ouvrage forts, des programmes complexes ; autant dire une certaine exigence architecturale.

Serge Palmyre, promoteur Un signal positif

La crise ? « Non, ça repart déjà ! » Difficile de déprimer Serge Palmyre. Il faut dire que depuis 1983, date à laquelle il crée Coreb, concepteur-réalisateur de bâtiments professionnels, le dirigeant est sorti grandi de tous les « temps morts » économiques. Il lui a suffi de dix ans pour transformer l’entrée nord de Chambéry avec le quartier tertiaires des Berges de la Leysse. Puis l’entrepreneur s’est fait promoteur avec Palmyr’Immo. Et comme si ça ne suffisait pas, il investit son volontarisme à la présidence du réseau Savoie Entreprendre. La crise ? Quelle crise ?

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X