Territoires Yvelines

46 000 m2 à bâtir près de la gare de Versailles-Chantiers

Mots clés : Gares, aéroports

A Versailles, un gros chantier chasse l’autre. Après la reconversion par Ogic de l’ancien hôpital Richaud en logements, Nexity et Unibail-Rodamco devraient déposer, au cours de l’été, les permis de construire d’un programme immobilier de plus de 46 000 m2, sur le site adjacent à la gare de Versailles- Chantiers en pleine restructuration. Lors du conseil municipal de juillet, les élus devraient découvrir les esquisses architecturales de ce projet composé de 22 500 m2 de bureaux et de commerces conçus par Christian de Portzamparc et de 23 600 m2 de logements (privés, sociaux familiaux et étudiants, résidence senior), signés Elizabeth de Portzamparc. Les travaux pourraient démarrer mi-2016 pour une livraison mi-2018.

Rien ne semble désormais pouvoir remettre en cause ce projet et le litige qui oppose la municipalité aux deux promoteurs est en passe d’être définitivement réglé. Celui-ci remonte à 2008, lorsque François de Mazières, tout juste élu à la mairie de Versailles, décide, conformément à ses engagements de campagne, de remanier le projet de la ZAC des Chantiers créée en 2003 et dont l’aménagement avait été confié à Nexity (1). Jean-Marie Duthilleul (Arep) l’accompagne dans cette démarche. Afin de pouvoir modifier l’opération (53 000 m2, dont 17 000 m2 de commerces et un multiplexe implantés sur une dalle sous laquelle se glisse un parking souterrain), la mairie se porte acquéreur du foncier auprès de la SNCF et de RFF pour 10 millions d’euros avant de supprimer la ZAC. Parallèlement, Nexity dépose un recours devant le tribunal administratif.

Protocole d’accord.

Ce différend n’empêche pas la poursuite des discussions et, en juillet 2014, les parties aboutissent à un protocole d’accord. Il fixe le programme de construction assorti du prix des charges foncières et la chronologie des étapes pour parvenir à la réalisation du projet et aux désistements des contentieux. Ceux-ci interviendront une fois voté le déclassement des terrains, dans la foulée de la délivrance des permis de construire par l’Etat (le site est classé dans le périmètre de l’opération d’intérêt national Paris-Saclay). La Ville versera alors une indemnité aux promoteurs d’un montant total de 5 millions d’euros. « Malgré ce dédit, c’est un meilleur projet pour la ville », déclare François de Mazières. D’un point de vue financier puisqu’il ne coûte plus que 20 millions d’euros contre 45 millions. Mais aussi d’un point de vue urbain. « Nous avons pu sauver les étangs Gobert, réaménagés depuis en jardin par Michel Desvigne », ajoute le maire de Versailles. Par ailleurs, la gare routière, l’une des composantes du futur pôle multimodal d’échanges, sera réaménagée de plain-pied. Enfin, l’ancienne halle ferroviaire, partiellement conservée, devrait accueillir un espace de coworking.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ

(1) Nexity avait signé un protocole avec Unibail-Rodamco lui conférant l’exclusivité sur le programme.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X