Dossiers Vente et contrats spéciaux

3. Au milieu du gué : les marchés en attente de vents porteurs

Mots clés : Vente et contrats spéciaux

France : UNE baisse des transactions, UN repli des valeurs et DES craintes pour l’avenir

Comme le note l’OCDE, le déclin de la production française s’est accéléré au premier trimestre 2009. Les entreprises puisent dans leurs stocks et réduisent leurs investissements pour faire face à la baisse des commandes et au faible niveau de confiance. Malgré une légère amélioration ces derniers mois, les conditions de crédit restent restrictives pour les ménages. L’incertitude économique liée à la forte hausse du chômage et aux pertes de patrimoine sur les marchés du logement et des titres conduira sans doute à une réduction de la consommation privée et de l’investissement résidentiel au cours des trimestres à venir, en dépit d’une légère progression du revenu disponible réel. Le plan de relance budgétaire adopté au début de l’année, associé à une nette détente monétaire, devrait limiter la récession et faire repartir l’activité dès 2010.

Au plan immobilier, les statistiques publiées par les professionnels laissent penser que la baisse des prix est désormais une réalité. À l’échelon national, les valeurs de l’ancien perdent en moyenne – 9,8 % sur un an au 1er trimestre 2009. Dans le neuf, la baisse est de l’ordre de – 0,1 % au 4e trimestre 2008, d’après les chiffres du ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, après une chute de – 3,5 % par rapport au 3e trimestre. À la différence de la crise des années 1990, où le repli des valeurs avait principalement touché l’Ile-de-France, la crise actuelle n’épargne aucune région et n’a d’ailleurs fait que précipiter un retournement de marché qui était prévisible. Nombre de signaux le laissaient présager depuis 2005, comme la distorsion de plus en plus marquée entre les prix et la capacité financière des acquéreurs. La dernière décennie a vu un marché de l’accession dopé par une flambée des prix sans précédent. En France, le prix des logements a été multiplié par 2,5 entre 1996 et 2007. Dans le neuf comme dans l’ancien, la baisse des prix est la conséquence directe de l’effondrement des transactions. Dans l’ancien, la chute des transactions est de l’ordre de – 25 %. Quant au neuf, avec 79 400 ventes...

Vous lisez un article de la revue Operations Immobilieres n° 16 du 22/06/2009
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X