Territoires Romainville

188 logements s’installent sur les talus de l’A3

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Le programme Néo Parc, dont la première pierre a été posée récemment à Romainville, recoud deux quartiers de cette commune de Seine-Saint-Denis séparés par l’autoroute A3. Un parc urbain (15 000 m²), aménagé en 2016, recouvre l’autoroute. Il assure la liaison entre ce programme (188 logements), situé sur la ZAC Jean-Lemoine au nord, et la cité Charles-de-Gaulle, en cours de rénovation, au sud.

Trois ans de retard.

Ces deux opérations ont été conçues comme une « unité urbaine » permise par la couverture de l’A3. « Si la couverture de l’autoroute s’est achevée en 2010, les incertitudes relatives au coût du foncier pour l’acquisition des talus de l’autoroute, permettant la réalisation du programme immobilier, ont retardé l’aménagement de l’esplanade », souligne Corinne Valls, maire (DVG) de Romainville. Il a fallu l’intervention de Thierry Repentin, président de la Commission nationale de l’aménagement, de l’urbanisme et du foncier, pour débloquer le dossier, afin de ne pas retarder davantage une opération initiée dès 2012. Le programme de 188 logements conçus par Marina Projets et Architecture se compose de trois îlots en deux tranches avec un sous-sol commun de 129 parkings.

La première tranche, sur l’îlot 2, compte 90 logements en accession (du studio au 5 pièces) dont la livraison est prévue fin 2016-début 2017 (entreprise : SAPB). « 60 % des appartements sont déjà commercialisés », précise Lise Leblanc, directrice du pôle logements Paris Ile-de-France de Pitch Promotion, co-promoteur avec Vinci Immobilier. Le prix de vente est fixé à 4 050 euros par m2, parking compris. Le chiffre d’affaires s’élève à 21 millions d’euros TTC.
La seconde phase comprend les îlots 1 (70 logements en accession) et 3 (28 logements intermédiaires), qui font l’objet d’une vente en bloc à un bailleur, actuellement en négociation. Le chantier (vingt-quatre mois) devrait débuter à la mi-2016. « Ces programmes s’inscrivent dans une logique de parcours résidentiel. Notre territoire compte près de 50 % de logements sociaux », conclut Corinne Valls.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X