Enjeux

18 000 m2 livrés en six mois, grâce au BIM

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide

Le groupe GA a développé son propre outil de modélisation numérique, qui lui a permis de respecter un planning serré.

Habitué à utiliser la maquette numérique pour transmettre les informations entre son bureau d’études intégré Oméga et ses usines de fabrication, GA a franchi une étape supplémentaire avec la livraison à Mérignac (Gironde) du campus de Thales. L’ensemble de 60 000 m2 , dont le budget travaux représente 130 millions d’euros HT, a été construit en dix-huit mois à l’aide de la démarche baptisée FullBIM, conçue par GA. Celle-ci envisage le building information modeling (BIM) comme une continuité, allant de la conception à l’exploitation du bâtiment. La démarche Full BIM a été utile tout au long de l’opération : de la traduction du projet architectural de Jean-Philippe Le Covec dans la maquette numérique jusqu’au chantier de construction, en passant par les onze mois d’études.

Une dizaine de logiciels ont été employés, parmi lesquels Tekla pour la partie structure et Revit avec AutoCad MEP et AutoCad Electrical pour les lots techniques, ainsi que des plugins spécifiques pour les façades et les VRD, comme Athena pour l’habillage des façades, le modeleur Rhinoceros 3D pour la conception de surfaces complexes, et Covadis, un logiciel de topographie, terrassement et infrastructure de VRD. Si le BIM ne faisait pas partie du cahier des charges lors de l’appel d’offres, le groupe GA y a vu une opportunité pour développer sa pratique du travail collaboratif. L’utilisation de la maquette numérique a permis de respecter les délais de chantier malgré deux mois d’intempéries et la demande de travaux supplémentaires du maître d’ouvrage.

Une dizaine de logiciels ont été employés dans la démarche FullBIM.

Un système ouvert. Au départ, l’équipe de BIM management a défini avec le maître d’ouvrage une charte précisant les modalités du travail collaboratif. Puis le bureau d’études et les sous-traitants ont construit une maquette numérique comprenant de nombreux corps d’état et compilée au format IFC ( Industry Foundation Classes) . « Nous avons voulu un système ouvert quels que soient les logiciels utilisés », précise Rémi Visière, directeur recherche, développement et innovation chez GA. Les équipes ont ensuite modélisé chaque élément pour constituer une base de données complète en vue de l’exploitation du site. Celle-ci comprend les informations techniques et les données de mise en service des équipements.

A l’issue du chantier, Thales a reçu les dossiers des ouvrages exécutés (DOE) en BIM, dans lequel GA a ajouté les informations relatives à l’attribution des espaces, ce que les spécialistes appellent zoning . Ces DOE serviront de base à l’exploitant qui, pour l’heure, est en phase de réception de la maquette numérique : « Nous analysons les lots. Ceux qui ne sont pas modélisés seront traités de façon traditionnelle. Pour ceux présents dans la maquette, il faut combler les éventuels manques avant la synchronisation. Nous ferons ensuite le lien avec la gestion de maintenance assistée par ordinateur (GMAO) », indique Mathieu Rigaud, responsable du facility management en BIM chez Vinci Facilities. Tout devrait être prêt début 2017 avec l’arrivée des derniers salariés sur le campus.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X