Culture

Watel rimait avec ville nouvelle

Mots clés : Entreprise du BTP - Métier de la construction - Prix d'architecture

L’architecte-urbaniste Jean-Pierre Watel, bâtisseur emblématique de Villeneuve-d’Ascq, est décédé la semaine dernière, à l’âge de 82 ans.

Il était passionné par les nouvelles formes urbaines. Jean-Pierre Watel n’attendit pas que l’habitat intermédiaire et la construction bois soient tendance pour les mettre à son vocabulaire. Son talent en fit un précurseur, un inspirateur. Les centaines de maisons dont il a tapissé l’agglomération lilloise sont autant de témoignages de la sensibilité aiguë de cet homme qui avait fait sien l’esprit danois. «J’aime l’humanisme des Danois, il est présent dans tous les détails de l’aménagement d’un lieu», déclarait-il en 2014.

Jean-Pierre Watel avait l’amour du plan et des circulations. «Obsédé par le chef-d’œuvre, l’architecte français fait souvent l’inverse, expliquait-il: dès la page blanche, il visualise, puis la fonction s’adapte au formalisme. Moi, je commence par dîner chez mes clients, pour observer les enfants, comprendre comment la famille vit.» Pour lui, densité et intimité pouvaient aller de pair, considérant que le principe du logement collectif horizontal apporte une réponse au désir d’individualisme de l’habitant tout en offrant une alternative à l’étalement urbain.

Diplômé de l’Ecole Saint-Luc de Tournai (promo 1958) et de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, Jean-Pierre Watel avait créé son agence en 1963. Dans les années 70, il participait à la création de l’Etablissement public de l’aménagement de Lille-Est (Epale), qui allait donner naissance à la ville nouvelle de Villeneuve-d’Ascq. L’architecte-urbaniste en sera un des principaux artisans. Ses hameaux du quartier du Château ont été depuis inscrits par le ministère de la Culture sur la liste indicative des édifices du XXe siècle présentant un intérêt architectural ou urbain majeur.

Les obsèques de Jean-Pierre Watel ont été célébrées dans l’église du Sacré-Cœur, à Mouvaux, œuvre de son père, lui-même auteur de nombreuses maisons individuelles dans la région et qui avait transmis à son fils ce fameux amour du plan et des circulations.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X