Performance énergétique

Vulnérabilité énergétique: les ménages ruraux les plus touchés

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Selon l’Insee, dans une étude publiée jeudi 8 janvier, 4 millions de ménages français, soit 14,6% de la population, sont en situation de vulnérabilité énergétique. 

Trois mois après l’étude publiée par l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), c’est au tour de l’Insee de tirer la sonnette d’alarme sur la situation énergétique des ménages français. L’institut de statistiques estime à 5,9 millions le nombre de ménages français en situation de vulnérabilité énergétique. Selon l’étude publiée jeudi 8 janvier, qui a pris en compte les dépenses conventionnelles liées à la structure du logement, son emplacement et sa taille, le ménage est considéré comme vulnérable lorsque ses dépenses pour le chauffage et l’eau chaude dépassent 8% des revenus et 4,5% pour ses déplacements. Mais en se basant uniquement sur le critère logement, ces ménages ne représentent « plus que » 14,6% de la population française.

Pour les auteurs de l’étude, publiée quelques semaines avant le débat au Sénat du projet de loi sur la Transition Energétique, qui prévoit notamment la mise en place d’un chèque énergie pour aider les 4 millions de ménages en situation de précarité énergétique, les mesures prises par le gouvernement vont dans le « bon sens ». Ils saluent également le dispositif « habiter mieux » de l’Anah (Agence nationale de l’habitat), qui prévoit des aides financières pour la rénovation du logement des ménages modestes et très modestes. Cependant, l’étude relève de grandes disparités, notamment géographiques.

 

Les ménages les plus vulnérables dans les régions froides

 

Plus on s’éloigne des pôles urbains, plus la facture des consommations de chauffage des ménages a tendance à augmenter : dans les grandes villes, seuls 10% des ménages sont concernés, alors qu’ils sont 28% dans les zones rurales éloignées. A l’évidence, le climat a également un rôle à jouer, puisque les régions les plus froides concentrent les taux les plus élevés de ménages vulnérables : ils sont 26% en Franche-Comté, 27% en Auvergne et 27,4% en Lorraine. A l’inverse, les deux régions les moins concernées sont la Corse (4,7 %) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (5,5 %).

Plus le logement est spacieux, plus la facture sera élevée, souligne l’étude. Cependant, la part de dépense énergétique dans le revenu de ménages est la plus forte lorsque la surface est inférieure à 25 mètres carrés. « Les ménages vulnérables qui habitent ce type de logement vivent tous sous le seuil de pauvreté », indique l’étude. Pour les surfaces intermédiaires, la part des ménages vulnérables est inférieure à 16 %, avec un minimum de 9,4 % pour les surfaces de 40 à 70 m².

 

Conséquence de la hausse du prix de l’énergie 

 

Le mode de chauffage a également une influence très forte sur la vulnérabilité des ménages. Les plus fragiles d’entre eux sont ceux qui se chauffent au fioul (38,2 %, soit 1,7 million). Les ménages se chauffant à l’électricité (1,1 million) répresentent pour leur part 13,2%. L’électricité équipe majoritairement des logements du parc collectif, moins onéreux à chauffer que des maisons individuelles. Ces dernières sont plus souvent équipées, notamment en milieu rural, d’un chauffage au fioul.

Concernant la date de construction, un quart des ménages dont le logement a été construit avant 1949 consacre plus de 8 % de leur revenu au chauffage et à l’eau chaude, contre 3,6 % pour les ménages dont le logement a été construit depuis 2004.

L’étude estime qu’une hausse du prix de l’énergie aurait d’énormes conséquences sur la vulnérabilité des ménages. Par exemple, si le coût du chauffage augmentait brusquement de 40 %, la part d’entre eux s’élèverait de 12 points, passant de 15% à 27 %. 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X