Culture

Voyage philatélique dans l’architecture française

Mots clés : Architecture - Conservation du patrimoine

L’exposition Archi-timbrée, présentée à partir du 15 avril à la Cité de l’architecture et du patrimoine (Paris XVIe) confronte l’architecture grandeur nature à sa représentation au format timbre-poste.

Du 15 avril au 21 septembre 2015, la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris (XVIe), présente l’exposition Archi-timbrée. Le public peut y découvrir une passionnante confrontation entre 49 éléments d’architecture, de sculpture et de peinture exposées à l’échelle 1 ou en maquette réduite dans les galeries du palais de Chaillot, et leurs reproductions au format timbre-poste conservées dans les collections du musée de La Poste. Pour les organisateurs, « cette exposition invite le visiteur à embarquer pour un voyage philatélique à travers l’architecture française mise à l’honneur sur les timbres au fil de l’histoire ».

Le premier édifice à faire l’objet d’un timbre-poste est l’Arc de triomphe, à Paris, en 1929. Il inaugure la « série des sites et monuments », devenue « série touristique » dans les années 1950 et qui assure la promotion des plus beaux lieux en France : le Mont-Saint-Michel, le village de Rocamadour, la place Stanislas à Nancy, la basilique Saint-Sernin à Toulouse ou encore la tour Eiffel. Certains tirages ont atteint des centaines de millions d’exemplaires.

 

Processus de création

 

Sur les quelques centimètres carrés disponibles, les dessinateurs de timbres-poste doivent faire des choix pour reproduire les chefs-d’œuvre du patrimoine architectural, sculptural et pictural français. Ils peuvent opter pour le format horizontal ou vertical, la monochromie ou la polychromie, la représentation frontale ou en perspective, depuis le sol ou les airs, en extérieur ou en intérieur, de manière totale ou partielle. L’objectif final étant que le dessin propose une vue caractéristique du lieu.

Le catalogue de 68 pages fournit gratuitement à l’entrée de l’exposition permet aux visiteurs de mieux comprendre ce processus de création, notamment grâce à la reproduction des planches originales retenues et non-retenues. Le timbre-poste effectue donc de nombreux allers et retours entre son dessinateur et son commanditaire, avant d’être oblitéré et d’arriver à son destinataire…

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X