Entreprises de BTP

Vinci renoue avec la croissance au premier trimestre

Mots clés : Entreprise du BTP

Après une année 2016 marquée par une baisse du chiffre d’affaires de 1,2%, la tendance sur le premier trimestre 2017 est nettement meilleure pour le groupe Vinci. Il affiche en effet une croissance de 5,1%.

 

De l’avis de Vinci, c’est « un premier trimestre encourageant ». Alors que l’année 2016 s’était conclue sur une baisse du chiffre d’affaires de 1,2%, 2017 s’annonce d’ores et déjà meilleure, selon les résultats du premier trimestre. La croissance est de 5,1% à structure réelle sur les trois premiers mois de l’année (vs premier trimestre 2016), pour un chiffre d’affaires de 8,4 milliards d’euros.

Dans le détail, la branche concession est la plus dynamique. Elle progresse de 11%, pour s’établir à 1,45 milliard d’euros. Une performance boostée par Vinci Airports, qui dépasse les 300 millions d’euros de chiffre d’affaires au premier trimestre (+58,4% sur un an). L’intégration d’Aerodom (6 aéroports en République dominicaine) et de ADL (aéroport de Lyon) contribue en grande partie à ces résultats, pesant chacun pour 41 millions d’euros.

De son côté, Vinci Autoroutes résiste. Affichant une croissance beaucoup plus modeste (+1%, près de 1,1 milliard d’euros), la filiale pâtit du léger recul du trafic sur son réseau (-0,8%), dû à des effets calendaires défavorables.

 

+2,7% pour la branche contracting

 

Comprenant Vinci Energies, Eurovia, Vinci Construction ou encore Vinci Immobilier, la branche contracting s’en sort également plutôt bien. Avec une hausse du CA de 2,7% à près de 6,9 milliards d’euros, tous les signaux ou presque sont au vert. Après un ralentissement de l’activité au second semestre 2016, Vinci Energies retrouve le chemin de la croissance (+2,1%, à 2,45 milliards d’euros). Un résultat « tiré par la France » explique le groupe, qui enregistre une progression de 1,2% (à 1,3 milliard d’euros). L’activité baisse cependant dans les infrastructures note Vinci. Mais le carnet de commandes a de quoi rendre optimiste. S’élevant à 6,9 milliards d’euros sur l’ensemble du pôle, il augmente de 18% depuis le début de l’année, et représente environ 8 mois d’activité.

Eurovia tire clairement son épingle du jeu au premier trimestre 2017. Avec un chiffre d’affaires de près de 1,4 milliard d’euros, sa croissance est de 11,5% par rapport aux trois premiers mois de 2016. L’explication : des « conditions climatiques clémentes et plus favorables qu’en 2016 », selon le groupe, qui explique cependant que « la saisonnalité de l’activité d’Eurovia, plus marquée que celle des autres métiers du groupe, rend non extrapolables sur le reste de l’année les réalisations du premier trimestre ». Les 6 milliards d’euros inscrits au carnet de commandes représentent plus de 9 mois d’activité du pôle. C’est aussi 6% de plus depuis le début de l’année.

Vinci Immobilier réalise également de jolies performances à son échelle. Avec une croissance de 104% au premier trimestre 2017, son chiffre d’affaires s’établit à 197 millions d’euros. Cette forte progression s’explique principalement par des mises en chantier plus nombreuses. Le chiffre d’affaires des logements réservés augmente de 4% par rapport au début de l’année 2016, malgré le recul du nombre de lots vendus en bloc.

 

Des perspectives de reprise confirmées

 

Les résultats de Vinci Construction demeurent plus mesurés. Le chiffre d’affaires du pôle stagne au premier trimestre, (-0,3% à 3,059 milliards d’euros). Mais après une baisse cumulée de près de 20% au cours des trois dernières années, le groupe préfère voir le verre à moitié plein, et mettre en avant la stabilisation de la situation. Surtout que son carnet de commandes progresse de 9% depuis le début de l’année, à 17,3 milliards d’euros. Ce qui représente 15 mois d’activités.

Au global, ces bons chiffres confortent le groupe Vinci dans ses prévisions pour 2017. Les contrats significatifs, sur la ligne 15 sud du Grand Paris Express et du côté des concessions, confirment également cette direction.

Sans en préciser davantage,la major table sur une progression de son chiffre d’affaires, de son résultat opérationnel et de son résultat net. 2017 devrait ainsi être l’année de la reprise pour la branche contracting, avec une légère croissance attendue en France. Les concessions, quant à elles, resteront toujours sur une tendance positive, mais moins soutenue qu’en 2016.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X