Entreprises de BTP

Vinci optimiste pour 2014

Mots clés : Entreprise du BTP

Vinci a passé une bonne année 2013. Si l’activité à l’international est en net progrès, l’activité en France a fait mieux que résister. Et à en juger par la prise de commandes, 2014 se présente sous de bons auspices.

«Nos performances en 2013 ont été meilleures que prévu, notamment en termes de croissance organique. Et comme envisagé, l’international a progressé deux fois plus vite que la France». Par ces propos liminaires, Xavier Huillard, P-DG de Vinci, a donné une tonalité positive à la présentation des résultats annuels de son groupe le 6 février.

Dans le détail, cela se traduit par un chiffre d’affaires en hausse de 4,4% par rapport à 2012, atteignant 40,3 milliards d’euros. Le résultat opérationnel sur activité (Ropa) est stable à 3,7 milliards d’euros, soit 9,1% du chiffre d’affaires. Enfin, le résultat net (part du groupe) s’établit à 1,9 milliards (+2,3%), soit une marge nette de 4,9%.

 

CONSTRUCTION

 

Si l’on regarde de plus près la partie construction (contracting) qui rassemble Vinci Construction, Vinci Energies et Eurovia, les résultats sont assez hétérogènes :

 

 

Vinci Construction voit son chiffre d’affaires progresser de 9,4% à 16,8 milliards (structure réelle). Cette forte croissance est valable en France comme à l’international. A noter que la LGV Tours-Bordeaux (Sud Europe Atlantique) participe pour 1,3 milliard de chiffre d’affaires sur l’exercice. «Plus de 8 000 personnes ont été mobilisées et l’avancement du projet est supérieur à 50%, en ligne avec le planning» a précisé Xavier Huillard. La marge opérationnelle de Vinci Construction (Ropa/chiffre d’affaires) est stable à 4,1%. «Les bons résultats des activités de spécialités et des grands projets ont permis de compenser le tassement des marges dans le bâtiment en France et au Royaume-Uni».

Vinci Energies enregistre un chiffre d’affaires de 9,2 milliards en hausse de 2,6%. Xavier Huillard s’est notamment félicité de l’intégration réussie de GA Gruppe en Allemagne et de l’acquisition de Mentor au Royaume-Uni. La marge opérationnelle est à un niveau élevé (5,6%) malgré le ralentissement des investissements en France dans le tertiaire et l’industrie. Seul Vinci Facilities est en retrait. Mais un retrait assumé, fruit «d’un recentrage sur les bons clients et les contrats à forte composante technique» explique Xavier Huillard.

Enfin, Eurovia affiche un chiffre d’affaires en retrait de 1,5%, à 8,6 milliards. «Nos performances ont été remarquables en France (+1,4% de chiffre d’affaires, idem pour la marge) malgré des conditions météorologiques difficiles au premier semestre, a commenté le p-dg de Vinci. A l’international, les restructurations ont été menées à bien en Pologne et en Allemagne, ce qui devrait permettre de redresser nos marges». Pour 2013, la marge opérationnelle d’Eurovia ressort à 2,7% (contre 3,2% en 2012).

 

Perpectives 2014 : des synergies développées, des marges améliorées

 

Pour 2014, Xavier Huillard se montre plutôt optimiste même si, regrette-t-il, «la France ne semble pas devoir bénéficier d’une reprise économique significative en même temps que les années d’élections locales ne sont pas favorables à nos activités de construction». Pour autant, le P-DG de Vinci s’est félicité des «bonnes performances commerciales» de ses équipes tout en conservant le credo «marge plutôt que volume».

Concrètement, la prise de commandes s’établit à 34,4 milliards d’euros (+ 5,2%). Dans la part française (18,6 milliards, + 3,2%), on retrouve le PPP signé avec VNF pour l’automatisation de 29 barrages sur l’Aisne et la Meuse, la construction du stade des lumières à Lyon, la ligne B du métro de Rennes, le réacteur Tokamak à Cadarache dans le cadre du projet Iter… A l’international, on compte la construction du Pont de l’Atlantique au Panama, un gazoduc en Bolivie, des réservoirs de stockage de GNL en Russie… Xavier Huillard s’est particulièrement félicité de la signature du PPP de l’«Ohio East End Crossing» aux Etats-Unis : «j’y vois le signe que le concept de PPP/concession s’installe aux Etats-Unis. C’est d’autant plus intéressant qu’il y a un besoin significatif de renouveau des infrastructures dans le pays.»

Au 31 décembre 2013, le carnet de commandes s’établissait à 29,4 milliards, dont les deux tiers devraient être exécutés en 2014. Le projet Sud Europe Atlantique y contribuera significativement, dans le même ordre de grandeur qu’en 2013. A noter que plusieurs contrats importants remportés par Vinci ne figurent pas encore en carnet comme la Nouvelle route du Littoral à la Réunion (intégrant le plus long viaduc en mer de France) ou le stade du Dynamo de Moscou en Russie.

Vinci anticipe une amélioration de ses marges dans la partie construction en 2014, «les difficultés ponctuelles rencontrées en 2013 dans certains pôles ayant été, pour l’essentiel, traitées» explique le groupe dans un communiqué. Précision de Xavier Huillard : «nous allons continuer à travailler pour restructurer les couples métiers-pays qui ne sont pas à l’optimum, comme le Facility Management en Allemagne». Et de manière plus générale, le p-dg entend «faire jouer plus systématiquement ensemble plusieurs instruments de l’orchestre Vinci». Une volonté de synergies qui pourrait s’exprimer en Afrique où Vinci bénéficie de positions solides avec Sogea Satom ou Cegelec Maroc notamment.

 

CONCESSIONS

 

 

Le chiffre d’affaire global des concessions progresse 4,9% à 5,6 milliards d’euros.

 

 

 

En finalisant l’acquisition d’ANA (société concessionnaire pour 50 ans des 10 aéroports du Portugal), Vinci Airports a fait un bond en avant. Les plateformes gérées par la branche (en France, au Cambodge et au Portugal) ont accueilli 42,9 millions de passagers, soit une progression de 6,6%. «A titre de comparaison, c’est 90 millions pour les plateformes parisiennes d’Aéroports de Paris». ADP dont on rappellera que Xavier Huillard a intégré le Conseil d’administration après que Vinci a acquis en juillet une participation complémentaire de 4,7% portant sa part totale à 8% du capital. «Cela pourrait nous permettre de partir ensemble sur quelques affaires à l’international, sans que ce soit exclusif bien entendu» s’est-il réjoui, sans donner plus de précisions.

Du côté de Vinci Autoroutes, les trafics progressent de 1,1% sur l’ensemble de l’année «grâce à une amélioration du trafic des véhicules légers (+1,3%) soutenue par l’ouverture du dernier tronçon de l’A89 Lyon-Balbigny». Le trafic des poids lourds, très corrélé à l’activité économique globale, est moins florissant sur l’année (stable à -0,2%) mais a bénéficié d’un bon quatrième trimestre.

 

Perspectives 2014 : plan de relance autoroutier et envol de l’aéroportuaire

 

«Nous attendons la finalisation des discussions engagées avec l’Etat autour du plan de relance autoroutier, pose Xavier Huillard. Ce plan, c’est de l’investissement, de l’emploi et de la croissance contre de la durée de concession. A mon sens, c’est un élément qui cadre exactement avec le Pacte de responsabilité voulu par le Président de la République». Pour Vinci Autoroutes, le plan d’investissements complémentaires s’établirait à 2 milliards d’euros. Les premiers travaux pourraient intervenir en 2015 et s’étaler jusqu’en 2019 en fonction de la «complexité administrative» des différents projets.

Du côté de l’activité aéroportuaire, Xavier Huillard considère que l’acquisition d’ANA (aéroports portugais) permet à Vinci Airports de jouer dans la cour des grands et de prétendre à des appels d’offres importants. En ligne de mire actuellement, un renouvellement de concession à Santiago du Chili et le déplacement/reconstruction de l’aéroport Cuzco au Pérou.

A noter que la cession d’une participation majoritaire au capital de Vinci Park est plus que jamais à l’étude.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X