Entreprises de BTP

Vinci lorgne avec appétit sur Cegelec

Le groupe de construction et de services s’intéresse de près au français Cegelec, spécialisée dans l’ingénierie électrique. Cette ancienne filiale d’Alstom a en effet été mis en vente discrètement par ses nouveaux propriétaires, des fonds d’investissements.

« Nous regardons le dossier Cegelec avec beaucoup d’intérêt », a dit M. Zacharias, en présentant les résultats semestriels de son groupe.
Ce groupe français d’ingénierie électrique a été mis en vente en toute discrétion par les fonds d’investissements CDC Equity Capital et Charterhouse, qui détiennent 45% chacun du capital, avait indiqué la semaine dernière La Tribune.
« Si la question est: est-ce que s’intéresser à ASF (dont Vinci détient près de 23% et sur lequel il a déposé une offre, ndlr) nous dissuade de regarder Cegelec, (la réponse) est non », a encore dit le patron de Vinci.
« Ce qui peut nous dissuader, c’est le prix », a-t-il conclu.

La valorisation de Cegelec, dont le chiffre d’affaires est supérieur à 3 milliards d’euros, devrait dépasser 1 milliard, y compris une dette inférieure à 500 millions. En juillet 2001, Charterhouse et CDC Equity Capital étaient entrés au capital sur la base d’une valorisation de 800 millions d’euros.

Racheté en 1998 par Alstom avant d’être cédé quatre ans plus tard, Cegelec a pâti depuis deux ans d’une conjoncture morose et des difficultés de sa filiale allemande. Mais un plan de recentrage, de réduction des coûts et un désendettement plus rapide que prévu a permis au groupe de renouer avec la rentabilité.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X