Entreprises de BTP

Vinci détient 73,4% des parts d’ASF

Le groupe de BTP français Vinci a acquis jeudi pour près de 6 milliards d’euros les 50,37% d’Autoroutes du Sud de la France (ASF) détenus par l’Etat et par Autoroutes de France, ce qui porte sa part dans le capital d’ASF à 73,4%, a annoncé le groupe dans un communiqué.

« Conformément à la réglementation boursière, un projet de garantie de cours sera déposé auprès de l’Autorité des marchés financiers par Vinci et ASF dans les prochains jours », indique Vinci dans son communiqué.
« Sous réserve de l’approbation de l’AMF, cette garantie de cours permettra aux actionnaires actuels d’ASF de céder leurs actions à 51 euros, prix auquel l’Etat et Autoroutes de France ont vendu ce jour leurs titres à Vinci », ajoute-t-il.
Par ailleurs, suite au changement de contrôle, le conseil d’administration d’ASF est désormais composé de 11 administrateurs dont deux administrateurs extérieurs au groupe Vinci, précise le groupe.

Bernard Val et Jacques Tavernier ont été confirmés respectivement dans leur fonction de président et directeur général d’ASF. Jacques Tavernier sera nommé Président directeur général d’ASF à l’issue de l’assemblée générale d’ASF en mai prochain, est-t-il précisé.

Le groupe de BTP Vinci avait été sélectionné en décembre dernier pour racheter la participation de 50,4% détenue par l’Etat dans le premier concessionnaire autoroutier français, le restant du capital étant coté en Bourse et détenu par des actionnaires minoritaires.
Vinci avait indiqué qu’il comptait prendre à terme 100% du capital d’ASF, en rachetant leurs actions aux minoritaires, et ce à des conditions identiques au prix payé à l’Etat dans le cadre de la privatisation, soit « un prix de 5O euros par action (…) porté à 51 euros par action » après confirmation de la concession à ASF d’une section de l’autoroute A 89.
Le groupe va débourser un total de 9,1 milliards d’euros pour empocher 100% du capital et avait précisé qu’il procèderait à une augmentation de capital en numéraire pour financer en partie l’acquisition, pour un montant n’excédant « pas 30% du montant total de l’opération ».

Focus

Repères


Cette vente est la dernière des trois privatisations de sociétés concessionnaires d’autoroutes décidées par le gouvernement mi-décembre, pour un total de 14,8 milliards d’euros.
La part de l’Etat dans la Sanef (Société des autoroutes du Nord et de l’Est de la France) a été rachetée début février par un consortium mené par le groupe espagnol Abertis pour près de 4 milliards d’euros, et celle qu’il détenait dans les Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR) a été vendue le 20 février au consortium constitué du groupe français Eiffage et du fonds australien Macquarie pour 4,84 milliards d’euros.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X