Projets

Villeurbanne: la future Arena de l’Asvel sera réalisée par le groupe Floriot et DCB International

Mots clés : Sport

Cette salle, 100% privée, de 12 000 places accueillera des événements sportifs, culturels et économiques. Un projet estimé à 60 millions d’euros.

C’est en présence de Tony Parker -tout juste rentré de Manille pour des qualifications de l’équipe de France pour les Jeux Olympiques- que le futur projet d’Arena a été présenté mardi 12 juillet. Un projet 100% privé qui sera conduit par TGL Group (groupe Floriot) – ETI régionale spécialisée dans l’immobilier, la construction et les services – avec DCB international (promoteur lyonnais spécialisé en tertiaire) et l’agence d’architectures de Pierre Barillot implanté à Bourg-en-Bresse.

Au moment de l’annonce du projet de la «Parker Academy» qui s’implantera en 2018 sur le quartier de Gerland à Lyon, les dirigeants du club avaient annoncé leur volonté «de s’agrandir et de répondre aux ambitions européennes du club». Fort de 5 600 places, l’Astroballe, la mythique salle de l’association sportive de Villeurbanne Éveil lyonnais (Asvel) qui affiche un taux de remplissage de 98%, ne permet pas au club champion de France de se développer. Aussi, la future Arena, située sur un foncier à quelques encablures de l’actuelle salle, proposera une jauge à 10 000 places assises et 12 000 places assis-debout. Le foncier – l’actuel stade de rugby Georges-Lyvet – restera propriété de la Ville de Villeurbanne qui signera un bail à construction avec les partenaires du projet.

 

 

Des financeurs privés attendus

 

Ce projet, estimé à 60 millions d’euros, sera porté financièrement par le groupe Floriot, DCB international, des banques et des privés. A ce jour, Tony Parker n’a pas déclaré s’il ferait partie du tour de table ou non. La promotion et le montage seront coordonnés par les deux partenaires, la construction sera assurée par les équipes de Floriot. Une société d’exploitation sera créée et réunira TGL Group, DCB, l’Asvel et des exploitants privés. «Cette salle tournera avec un tiers d’événements sportifs, un tiers de spectacles et un tiers de business pour les entreprises», indique Thierry Glories, président de TGL Group et de Floriot Immobilier.

D’une surface de 9 000 m2 au sol et de 25 000 m2 en développé, cette salle multifonction en attente de «naming» accueillera 2 000 m2 de commerces pour répondre aux enjeux économiques. Les restaurants situés en bordure du canal de Jonage bénéficieront d’accès indépendants pour fonctionner de façon indépendante de la salle. Les partenaires discutent à la Ville pour développer des projets immobiliers associés comme un hôtel et des bureaux. «Ce projet est résolument tourné vers l’extérieur, souligne Pierre Barillot. La totalité des déambulatoires sera vitrée pour apporter de la lumière naturelle à ce lieu et offrir des vues sur le paysage». Un projet de liaison souterraine avec la salle de l’Astroballe est à l’étude.

Côté calendrier, il faudra attendre l’opposabilité du PLU début 2018 pour l’obtention du permis de construire. La mise en service de la salle est attendue en 2020.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X