Paysage

Villes et villages fleuris : 30 communes au paradis

Mots clés : Bois - Etat et collectivités locales

2015 se révèle comme un grand cru pour l’élite des villes et villages fleuris de France : « 12 nouvelles quatre fleurs, soit deux fois plus que l’an dernier ; neuf fleurs d’or, le maximum autorisé ; six prix spéciaux et deux mentions spéciales », a énuméré le préfet Paul Roncière, président du Conseil national des villes et villages fleuris de France (CNVVF) en ouverture de la 56e cérémonie, ce 23 février dans un pavillon d’Armenonville plein à craquer, en lisière du bois de Boulogne.

A l’applaudimètre, Caluire-et-Cuire remporte sans conteste la palme de la popularité, parmi les 31 collectivités – 30 communes et le département d’Ille-et-Vilaine – distinguées le 23 février pendant les 3 heures de la cérémonie nationale annuelle du conseil national des villes et villages fleuris de France (CNVVF) : derrière le député et maire Philippe Cochet, une cinquantaine d’agents municipaux en liesse, acheminés par bus spécial, ont rejoint l’estrade, pour partager avec l’élu le bonheur de la Quatrième fleur, remise par Cyrille Pierre, directeur du cabinet du secrétaire d’Etat délégué au tourisme. Signe de l’esprit de solidarité qui règne dans la filière végétale de la métropole lyonnaise, la présence de Daniel Boulens, directeur du service des espaces verts de la ville de Lyon, prolonge le coaching informel qu’il a assumé pour accompagner la montée de la commune dans la première division des villes fleuries de France.

 

 

 

Fleurissement citoyen

 

Cet épisode n’a pas seulement contribué à rythmer la remise de prix : il a également révélé l’esprit collectif et fraternel qui lient les compétiteurs et la petite équipe du CNVVF. Cyrille Pierre l’a exprimé en rappelant le sens premier du mot paradis, qui désigne les jardins enclos en Perse. Le plus petit des lauréats a donné une interprétation frappante des vertus citoyennes du fleurissement communal : une bonne vingtaine des 340 habitants de Dieffenbach-lès-Woerth (Bas-Rhin) ont donné sa crédibilité à l’éloge de l’engagement collectif des jardiniers bénévoles, prononcé par leur maire Alphonse Atzenhoffer. Cette commune incarne une composante rurale des VVF, également représentée dans ce palmarès par Roubers-sur-Canches (Nord), village fleuri depuis la naissance du label en 1959, Masevaux (Haut-Rhin), Mesnières-en-Bray (Seine-Maritime) ou Châteaugiron (Ille-et-Vilaine).

 

Pépites périurbaines

 

A côté des fleurons patrimoniaux comme de la France éternelle comme Versailles, Périgueux, Quimper, Annecy, Saint-Brieuc, Lannion ou les deux nouveaux représentants du patrimoine mondial de l’humanité Epernay et Beaune, le palmarès a démontré la capacité de territoires moins attendus à représenter « une certaine idée de l’art de vivre à la française », selon l’expression de Jean-Marc Vasse, délégué général de l’interprofession du végétal Valhor : « Nous sommes la ville des rois, mais aussi celle du peuple vivant », a proclamé la représentante de Saint-Denis Plaine Commune (Seine-Saint-Denis) en recevant le prix national de l’arbre.

« Avec son triangle d’interconnexion des TGV, son centre d’enfouissement technique et ses lignes à haute-tension qui convergent vers l’aéroport de Roissy, le patrimoine de Claye-Souilly ne peut pas rivaliser avec celui de Quimper ou de Périgueux. Nous avons décroché le graal grâce au chef jardinier en qui j’ai placé ma confiance en 2008 », a témoigné Yves Albarello, député et maire de la commune de 12 000 habitants de Seine-et-Marne, au moment de recevoir sa Fleur d’or.  Grande-Synthe (agglomération de Dunkerque), Vénissieux (métropole de Lyon), Illkirch-Graffenstaden (au sud de Strasbourg) ou Ormes (banlieue orléanaise) ainsi que Cachan et Courbevoie pour la métropole parisienne, font également partie des pépites périurbaines ou banlieusardes de ce palmarès, en première ou seconde couronne. L’attractivité que leur donne les labels Quatre fleurs ou Fleur d’or concourt à une volonté de renverser une tendance rappelée par le directeur de cabinet du secrétaire d’Etat au tourisme : « 80 % des touristes étrangers en France se concentrent sur 20 % du territoire », regrette Cyrille Pierre.

 

Démarche mellifère

 

 

 

Leitmotiv post-Grenelle, la dimension environnementale du palmarès a suscité la création d’une mention dédiée à une démarche mellifère remarquable, remise par un nouveau partenaire du CNVVF : l’observatoire français d’apidologie. Après avoir rappelé les risques de rupture alimentaire créés par la disparition annuelle de 30% des abeilles domestiques depuis 10 ans, son président Thierry Dufresne a félicité Chatillon-sur-Chalaronne (5 000 habitants dans l’Ain) pour ses 50 000 fleurs par an, ses quatre millions d’abeilles, ses 44 ruches et ses Quatre fleurs depuis 50 ans. Une valeur sûre pour la nouvelle mention !

Focus

Rendez-vous à Troyes

Troyes accueillera les prochaines assises biennales du Conseil national des villes et villages fleuris de France, les 24 et 25 novembre prochains. Ce rendez-vous, qui coïncide avec la Sainte-Flora, s’annonce sous des auspices favorables : au lieu de 2800 en 2005, le nombre de communes labellisés atteint 4500 en 2015. Le président Paul Roncière appelle à « ouvrir encore plus ce cercle » dans lequel les communes confirment leur rôle de « cheville ouvrière ». La possession du label impose désormais l’adhésion au CNVVF, comme en a décidé le conseil d’administration avant la remise des prix.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X