Recherche & développement

Ville durable : un programme de recherche en fin de co-gestation

Mots clés : Démarche environnementale - Innovations

Futuring Cities finalisera en avril son programme de recherche pluridisciplinaire consacré à la ville intelligente et durable. Son directeur Francis Jutand en dévoile les contours.

Emanation d’une douzaine d’écoles d’ingénieurs et de management impulsée par le ministère de l’Economie, l’Institut Mines Télécom a inclus la prospective urbaine parmi cinq thèmes de recherche qui expérimentent la co-gestation. Sous le nom de Futuring Cities, l’application de cette méthode à la ville durable et intelligente a fait l’objet d’un lancement officiel en décembre 2013. « Pour dépasser l’ancienne distinction, de moins en moins pertinente, entre la recherche fondamentale et le transfert de technologie, il s’agit de s’approcher de l’utilisateur en amont », explicite Francis Jutand, directeur scientifique de l’institut Mines-Télécom et directeur de Futuring Cities, qui s’appuie sur un noyau de plusieurs centaines de chercheurs.

 

Modélisation et simulation

 

Depuis le début de l’année dernière, cette phase se traduit par une série de journées thématiques : les trois premières se sont tenues en mai, octobre et décembre dernier sur la collecte des données, l’énergie et l’urbanisme. Le 17 février prochain, le prochain rendez-vous de Futuring Cities s’intéressera à l’environnement, avant l’économie et la citoyenneté au second et au troisième trimestre. Sans s’immiscer dans l’expertise détenue par les différentes disciplines rassemblées, Futuring Cities y ajoute deux notions clé susceptible d’optimiser leur capacité d’action, grâce à une représentation d’un « double numérique de la ville », selon l’expression de son directeur : la modélisation et la simulation des impacts. « L’application à l’urbanisme coopératif se traduit dans le développement d’outils d’aide à la consultation, construits à partir des bases de données au service des concepteurs », explique Francis Jutand.

 

Objectif paysage

 

L’incrémentation des données environnementales a constitué l’une des étapes récentes de la co-gestation : « Nous avons distingué d’une part l’environnement lourd, intégrant les déchets, eaux usées et autres facteurs susceptibles de modifier la géographie urbaine, et d’autre part les données comme l’eau, l’air et le bruit, dont l’impact concerne la qualité de vie », précise Francis Jutand. L’entrée des paysagistes dans la danse prospective de Futuring Cities fait partie des objectifs affichés pour les mois à venir.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X