Culture

Vient de paraître : «Paris. Fenêtres sur l’Histoire»

Des barricades de la Commune de Paris, à celles de mai 1968, le photographe Julien Knez incruste des clichés historiques dans des vues contemporaines. Un télescopage visuel poétique et saisissant…

On se souvient que Roland Barthes, dans son ouvrage «La chambre claire : note sur la photographie» (1980), définissait le punctum comme «ce qui point» dans une photo, que l’œil aperçoit mais nomme difficilement. Il s’agit le plus souvent d’un détail qui attire l’attention particulière du spectateur, sans relever de l’intention première du photographe. Une sorte de hors-champ.

Avec «Paris. Fenêtres sur l’histoire», Julien Knez suscite ce léger vacillement du regard. En incrustant des photographies historiques dans des prises de vues contemporaines, l’artiste ouvre d’étonnantes fenêtres sur le passé. L’événement qui n’avait pas nécessairement laissé de trace matérielle dans la ville actuelle retrouve une véritable existence, un lieu, un contexte.

La ville, de son côté, se voit habitée par son histoire. Une plongée dans des temps disjoints, comme s’il était offert au promeneur d’évoluer simultanément dans deux espaces-temps différents, au cœur de l’histoire écrite au moment même où elle est en train de s’écrire.

«Paris. Fenêtres sur l’Histoire», par Julien Knez, 19×13 cm, 176 pages, 12 euros. Editions Parigramme. Bilingue français-anglais. En librairie le 24 mars.


Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X