Culture

Vient de paraître : «Contribution à une théorie de l’architecture»

Mots clés : Architecture

Petit volume, grandes idées : les aphorismes d’Auguste Perret (1874-1954) n’ont pas pris une ride…

Les célèbres aphorismes d’Auguste Perret ont, pour la plupart, été écrits pendant l’Occupation (1940-1944). «La phrase courte et concise, la pensée toujours en action ; mais on ne fait pas de phrases ; moins encore de théories, pas du tout. Des interjections pouvant suffire et des rapports aigus de propositions qui sont comme les jalons de l’idée.» Ainsi Le Corbusier décrivait-il le style de ces aphorismes dans une lettre à son ami et mentor, William Ritter trente ans plus tôt.

«L’ossature est à l’édifice, ce que le squelette est à l’animal»

Ce petit livre que publient aujourd’hui les cultissimes éditions du Linteau, reproduit en un fac-similé légèrement réduit, l’édition originale de l’ouvrage publiée en 1952 – Auguste Perret avait alors soixante-dix-huit ans – par le Cercle d’études architecturales chez André Wahl. Elle reprenait les aphorismes en exergue des numéros de la revue «Techniques et architecture» publiés pendant l’Occupation. A l’origine écrits sans suite, ces aphorismes nécessitaient une présentation particulière qui fut étudiée par Henri Jonquières.

«Contribution à une théorie de l’architecture» – 64 pages 11,3 x 17,5cm, aux éditions du Linteau – 10€


Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X