Industrie/Négoce

Vêtements de travail Lafont, entre tendance et sécurité

Mots clés : Entreprise du BTP

Toujours plus mode et toujours plus sûr, c’est le double pari de l’entreprise Lafont pour consolider ses parts de marché sur le vêtement de travail dans le BTP.

Connaissez-vous le point commun entre Coluche sur scène et Sophie Marceau dans La Boum ? Tous deux portent une salopette signée Lafont. La marque, créée il y a plus de 170 ans par Adolphe Lafont, bénéficie d’une notoriété unique dans le monde du vêtement de travail, très concurrentiel. « Interrogez dans la rue les passants, suggère Patrice Chazal, directeur général adjoint de Lafont. Demandez-leur de citer une marque de vêtements de travail. Soit ils n’en connaîtront pas, soit ils citeront Lafont. »

Cette notoriété, l’entreprise française, installée à Villefranche-sur-Saône et filiale depuis une quinzaine d’années du groupe Kwintet, compte la mettre à profit pour asseoir sa stratégie de développement dans les années à venir. Pour la partie BTP, qui pèse 30 % du chiffre d’affaires de Lafont, les enjeux croisent sécurité, responsabilité et look.

 

Toujours plus de sécurité

 

« En 2017, les équipements de protection individuelle (EPI) représenteront 75 % de notre marché », explique Alexandra Avram, directrice marketing, un vêtement de travail devenant EPI dès lors qu’il répond à une norme de sécurité. Une réalité qui touche aussi le secteur du BTP. Lafont entend adapter au monde du BTP ses innovations venues de l’industrie, notamment un nouveau textile multinormes et très léger, pour proposer des vêtements plus sûrs, plus légers et plus confortables. Cette adaptation accélère le cycle de vie des produits.

 

Place au look

 

Cette tendance est renforcée par le besoin de renouveler l’esthétique des collections. « Dans l’industrie, la sécurité prime avant tout, explique Alexandra Avram. Mais dans le BTP, c’est différent. Les travailleurs, les artisans accordent une grande importance à la coupe et au look de leurs vêtements de travail, parce que des personnes extérieures les voient sur le chantier. » Résultat, les collections et les catalogues tirent de plus en plus vers la mode, avec des vêtements techniques autant que modernes. Une demande qui vient particulièrement des jeunes actifs, plus sensibles à leur look, et des femmes, de plus en plus nombreuses dans le BTP. La collection « L by Lafont », lancée en janvier, propose des produits pour cette cible émergente (voir l’article Les EPI se féminisent au rythme du BTP).

 

Responsabilité sociale

 

Fournisseur du négoce et des loueurs, mais aussi acteur en vente directe notamment auprès des grands comptes, Lafont mise aussi sur le développement durable et la responsabilité sociale. En interne, l’entreprise bénéficie de certifications (ISO 9001 et 14001) qui attestent de son engagement en la matière. Un atout pour ses clients, qui peuvent valoriser dans leur propre bilan la politique responsable de leurs fournisseurs. Ainsi, Colas vient de commander à Lafont des vêtements de travail Max Havelaar, le principal label en commerce équitable. Un engagement précieux pour des produits au parcours long, des plantations de coton aux entrepôts de Villefranche-sur-Saône, en passant par les usines d’Asie et d’Afrique du Nord.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Commerce solidaire et social ???

    « Usines d’Asie et d’Afrique du Nord » On aurait aimé que tout soit fabriquer en France …
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X