Santé

Vers une prise en compte européenne de la qualité de l’air intérieur ?

Mots clés :

Air

-

Réglementation européenne

-

Risque sanitaire

Selon une étude menée par le think tank européen Building performance institute Europe (BPIE) à travers huit pays de l’Union européenne, adopter des réglementations qui prennent en compte à la fois la qualité de l’air intérieur, le confort thermique et la lumière naturelle dans les bâtiments améliorera la santé des occupants.

Selon l’organisation mondiale de la santé (OMS) en 2012, 99 000 décès étaient liés à la pollution de l’air intérieur dans les pays développés. Ce chiffre est repris dans le rapport publié le 19 mars 2015 par le groupe de réflexion européen « Building performance institute Europe » (BPIE). Intitulé « Air intérieur, confort thermique et lumière naturelle », le document compare les réglementations et les bonnes pratiques de huit pays européens : Allemagne, Belgique, Danemark, France, Italie, Pologne, Royaume-Uni et Suède.

Le texte identifie ainsi des écarts importants dans les réglementations européennes en matière de standards constructifs. Les questions d’isolation, de qualité de l’air intérieur, de confort et d’éclairage naturel sont très disparates d’un état membre à l’autre. Les différents codes de la construction ne font pas assez de lien entre qualité de l’air intérieur et confort thermique alors que les besoins accrus en isolation et en étanchéité à l’air peuvent avoir des conséquences négatives sur la qualité de l’air intérieur et la santé des occupants. « Si on considère que la population passe entre 60 et 90 % de son temps dans les bâtiments, le sujet devrait prendre une place plus importante dans la législation », estiment les auteurs du rapport.

 

Peu de vérification sur la qualité de l’air intérieur

 

Autre critique, alors que les huit pays étudiés reconnaissent l’importance d’une bonne ventilation, seuls quatre états membres rendent ce dispositif obligatoire (la Belgique, le Danemark, la France et la Suède). Enfin, les demandes de systèmes de ventilation double-flux sont rares dans les réglementations nationales.

En ce qui concerne les rénovations thermiques, le rapport pointe la quasi absence d’exigences juridiquement contraignantes sur les taux de ventilation minimum, l’étanchéité à l’air ou la limitation des polluants de l’air intérieur. De même, peu de pays vérifient le respect des normes de qualité de l’air intérieur ou de confort thermique. Quand ils le font, c’est en général au stade de la conception, plutôt que par la réalisation de mesures in situ à la fin du chantier.

 

Prendre en compte le confort intérieur dans les futures réglementations

 

Pour le groupe de réflexion, la prise en compte de la qualité de l’air intérieur, du confort thermique et de l’éclairage naturel doit être renforcée à l’avenir. Les avantages conjugués du confort thermique et d’un environnement intérieur sain devraient être pris en compte lors de l’évaluation des impacts macroéconomiques des mesures de rénovation. Des personnes vivant dans des logements sains présenteront moins de problème de santé, ce qui pourrait se traduire par des économies pour les services de santé. Cet aspect devrait être pris en compte dans les stratégies nationales de rénovation thermiques des logements.

 

Pour consulter l’intégralité du rapport, disponible en anglais uniquement, cliquez ici.

 

Focus

Qui est BPIE ?

Le Building performance Institute Europe (BPIE) est un think tank européen à but non lucratif. Son objet est d’orienter les politiques européennes en matière de performance énergétique dans le bâtiment. Plus précisément, le groupe de réflexion souhaite réduire les consommations d’énergie et les émissions de CO2 afférentes entre 70 et 90 % d’ici à 2050.

Si la plupart des membres opérationnels sont issus d’organisations non gouvernementales, le groupe compte aussi sur le soutien de nombreux parrains tels que Rockwool, spécialiste de la laine de roche, le groupe UTC, maison mère des marques Otis (ascenseurs) et Carrier (groupe de production frigorifique et traitement d’air). Quant au rapport mentionné ci-dessus et intitulé « Air intérieur, confort thermique et lumière naturelle », il a été publié avec la participation de Velux, spécialiste des fenêtres de toit.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Efin!

    L’adage un esprit sain dans un corps sain est largement connu. Dommage qu’on ne comprenne que trop lentement qu’un corps sain est aussi dépendant d’une nourriture saine (ça, ça commence à être reconnu) et d’un habitat sain (ça, ça l’est moins). Ainsi, l’adage populaire gagnerait à devenir : un habitat sain et une nourriture saine pour un corps sain, le tout, pour un esprit sain. Tout un programme!
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X