L'Actu

Vers une hausse des tarifs de la distribution d’électricité

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a lancé mercredi une consultation publique sur les nouveaux tarifs d’utilisation des réseaux publics d’électricité, à partir de 2009, qui pourrait se traduire par une nouvelle augmentation de leur facture pour les consommateurs.

Sur un document consultable sur Internet, la CRE qui rendra sa décision au gouvernement en octobre, envisage, dans ses « orientations », une augmentation « du revenu tarifaire unitaire » globale de 10%, « soit environ 33 euros/MWh » pour les organismes gestionnaires de transport et de distribution d’électricité.
Le gouvernement a ensuite un délai de deux mois pour décider s’il accepte ou non la décision de la CRE qui doit s’appliquer sur 4 ans (2009-2012) et non plus sur 3 ans comme actuellement, a expliqué à l’AFP une porte-parole de la CRE.

Les hausses consenties à Electricité Réseau Distribution France (ERDF), filiale d’EDF chargée de la distribution de l’électricité, et à RTE, le gestionnaire du réseau français de transport d’électricité, peuvent être étalées sur la période considérée de 4 ans, ajoute-t-on à la CRE.
Le coût du transport et de la distribution représente près de 50% (environ 47%) de la facture finale du consommateur résidentiel, indique-t-on à la CRE, ce qui pourrait se traduire par une augmentation de près de 5% sur 4 ans pour les ménages.

EDRF, qui gère 95% de la distribution de l’électricité produite par EDF en France, avait réclamé une augmentation de ses tarifs de 15,1% pour rénover son réseau, a indiqué la CRE, confirmant une information publiée mercredi par La Tribune.
Dans un entretien au quotidien économique, Michel Francony, le président du directoire ERDF, explique que cette hausse est destinée à améliorer la qualité du réseau. «  »Nous nous sommes fixé un plan de modernisation et d’amélioration de la qualité du réseau, un plan de 10 milliards d’euros entre 2006 et 2016 », a précisé Michel Francony.
Le gouvernement avait déjà décidé à la mi-août une hausse des tarifs de l’énergie en France de 2% pour l’électricité et de 5% pour le gaz, soit moins que ce qui était réclamé par EDF et GDF, mais qui correspond à un alourdissement de la facture d’environ 5 euros par mois pour les ménages.
Avec AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X