Industrie/Négoce

Veolia Environnement manque de jus

Un plan d’économies est annoncé après des résultats semestriels en demi-teinte.

Pétrole cher et effet de change : voilà les deux éléments qui viennent polluer les résultats semestriels de Veolia Environnement. Le groupe de traîtement de déchets, de transports et de services a certes enregistré une légère hausse de 1,5% de son bénéfice net au premier semestre à 500,5 millions d’euros et une croissance de 5,2% à 1,30 milliard d’euros de son résultat opérationnel. Le chiffre d’affaires a quant à lui progressé de 17% à 18,09 milliards d’euros, grâce notamment aux branches énergies et propreté, en hausse respectivement de 21,9% à 4,05 milliards et 21,2% à 5,08 milliards. Mais ce n’est pas suffisant pour Veolia. « Nous ne sommes pas pleinement satisfaits des résultats du groupe même s’ils sont en progression », a déclaré jeudi 7 août, Henri Proglio, le patron du groupe au cours d’une conférence de presse. Selon lui, l’insuffisante amélioration des résultats est due à des « raisons exogènes » comme la baisse du dollar et la hausse des prix des matières premières, pétrole en tête, mais aussi à des « raisons endogènes », « pour l’essentiel au retard pris dans l’intégration (…) de Sulo », le numéro deux allemand des ordures ménagères acquis l’année dernière.

Economies
« On a un retard en année pleine de l’ordre de 40 millions d’euros dans l’Ebitda (résultat brut d’exploitation) de Sulo par rapport au business plan d’origine », a noté le PDG. Ce retard « sera compensé par des mesures (…) de réorganisation, d’évolution et de renforcement des équipes », a-t-il ajouté. Traduction : Véolia va lancer un plan vigoureux d’économies et de cessions d’actifs pour améliorer sa rentabilité. Ce « Plan d’efficacité 2010 » devrait permettre d’effectuer 400 millions d’euros d’économies sur deux ans, 180 millions d’ici fin 2009 et 220 millions d’ici fin 2010. Des économies réalisées sans toucher aux effectifs promet Veolia.
« Aucune réduction d’effectifs n’est envisagée », a souligné un porte-parole du groupe. « Il s’agit plutôt de regrouper les services et de réorganiser les achats », a-t-il précisé.
Le groupe va par ailleurs revoir un peu à la baisse ses investissements « à 5 milliards d’euros en 2008 et 4,5 milliards d’euros en 2009, soit un investissement total de 16 à 17 milliards sur la période 2007-2009 », a précisé Veolia dans un communiqué. Il a aussi annoncé la vente d’actifs pour au moins 1,5 milliard d’euros à échéance 2009 dont 1 milliard réalisé ou engagé avant fin 2008. Ces cessions « toucheront des métiers et des pays qui ne sont pas stratégiques pour le groupe », a expliqué M. Proglio sans plus de précision.
Veolia a par ailleurs confirmé son objectif 2008 d’une croissance supérieure à 12% de son chiffre d’affaires « à change courant » et d’une croissance de l’ordre de 6% de sa capacité d’autofinancement.

Adrien Pouthier avec AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X