Environnement

Val Tolosa: encore un coup d’arrêt au projet maudit de la métropole toulousaine

Mots clés : Centre commercial - Établissements pénitentiaires et judiciaires - Jurisprudence - Magasin

Depuis près de 10 ans, Val Tolosa, le projet de centre commercial du groupe Unibail-Rodamco peine à se concrétiser sur le plateau de la Menude, à Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne). Les travaux auraient dû débuter l’été dernier, mais le dossier, attaqué par les associations «Non à Val Tolosa» et «France Nature Environnement Midi-Pyrénées», a été suspendu par le tribunal administratif de Toulouse.

Enième rebondissement dans l’histoire du projet « maudit » du centre commercial Val Tolosa. Le tribunal administratif de Toulouse a suspendu vendredi 28 juillet, lors d’une audience en référé, l’arrêté préfectoral autorisant au bénéfice du promoteur «la destruction, le déplacement d’individus, ainsi que la destruction, l’altération et la dégradation d’aires de repos et/ou de reproduction d’espèces protégées dans le cadre de la réalisation du centre commercial de Val Tolosa à Plaisance-du-Touch».

Cette décision est la cinquième qui donne raison aux opposants depuis le début du projet. «Nous portons un projet de qualité que nous avons fait évoluer, comme le montre la signature d’un second arrêté faune/flore par la Préfecture d’Occitanie, et qui prend en compte les intérêts de l’ensemble des parties prenantes. Aussi, nous comprenons la décision du Tribunal de prendre le temps d’analyser sereinement ce dossier», a réagi aujourd’hui Unibail-Rodamco, en précisant avoir fait appel de cette décision. Méfiant, «Non à Val Tolosa», le collectif de citoyens qui a demandé l’annulation de cet arrêté, bloquait depuis lundi soir l’accès au chantier par crainte d’un démarrage des travaux en catimini. Avec l’arrivée vendredi 21 juillet des engins de chantier sur le plateau de la Menude, le projet, au point mort depuis plusieurs mois, s’était accéléré d’un coup. «Nous sommes allés sur le terrain pour bloquer les travaux, les entreprises ont installé des groupes électrogènes, nous en avons déduit qu’ils allaient démarrer les travaux de nuit», relate Pascal Barbier. Durant une semaine, des militants se sont relayés jour et nuit sur place pour bloquer le chantier. «Tant que le délibéré du tribunal administratif n’est pas publié, on ne bouge pas, mais la décision de demain n’est qu’une étape», martelait Pascal Barbier, un des porte-parole de «Non à Val Tolosa». A l’issue de l’audience, le collectif a demandé le départ des engins de chantier du plateau de la Menude.

 

Un feuilleton judiciaire

 

Le premier permis de construire, délivré en septembre 2009, avait été annulé en juin 2016 par la cour administrative d’appel de Bordeaux en raison de l’insuffisance des accès au site. Le 13 juillet dernier, cette même juridiction a annulé l’arrêté du 29 août 2016 pris par le préfet de Haute-Garonne autorisant «la destruction, le déplacement d’individus, ainsi que la destruction, l’altération et la dégradation d’aires de repos et/ou de reproduction d’espèces protégées dans le cadre de la réalisation du centre commercial de Val Tolosa à Plaisance-du-Touch». Mais le 12 juillet, la préfecture signe un nouvel arrêté dérogatif à la suite de l’engagement du promoteur «à porter de 20 à 30 ans la durée de compensation sur le plan environnemental et à renforcer ses engagements environnementaux, sociaux et culturels». «Le promoteur s’est engagé à faire les travaux liés à la protection des espèces et les zones avec la présence d’espèces rares ont été identifiées, précise Patrick Mori, directeur de cabinet du maire de Plaisance-du-Touch favorable au projet, un travail approfondi a été réalisé par le promoteur afin que le projet s’insère dans la Métropole.» Le 22 juillet, les associations ont déposé un nouveau recours contre ce dernier arrêté après avoir sollicité l’intervention de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire.

Ce combat n’est pas fini car le recours contre le deuxième permis de construire délivré à l’été 2016 est toujours en cours d’instruction. «Nous avons dû attendre sept ans pour l’annulation du premier…», précise le militant.

 

Focus

6O OOO m2 de surface et 3 OOO emplois créés

Unibail-Rodamco, le premier groupe européen d’immobilier commercial spécialisé dans les centres commerciaux des grandes villes européennes, a prévu un investissement de 35O millions d’euros pour son projet Val Tolosa de 6O OOO m2 de surfaces de vente et 15O enseignes sur un parc paysager de 9 hectares. Val Tolosa est présenté comme un projet commercial tourné vers la nature puisqu’il répond à un très haut niveau d’exigence environnementale tout en valorisant le paysage local. Il a par ailleurs reçu la certification pour la conception, la construction et le fonctionnement de bâtiments écologiques «Breeam, excellent». Le promoteur annoncer la création de 3 OOO nouveaux emplois engendrés par le projet.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X