Innovation produits

Vaillant teste la pile à combustible dans les maisons individuelles

Mots clés : Chauffage - froid - Electricité - Gaz

Générateur multi-énergies fonctionnant au gaz naturel, la pile à combustible peut alimenter une maison en chauffage, en eau chaude et en électricité. Vaillant, en partenariat avec GRDF, a installé son système de micro-cogénération chez une dizaine de particuliers en France, avec pour objectif une commercialisation d’ici à 2018.

 

Les besoins énergétiques du logement sont en pleine (r)évolution : la demande en électricité croît avec la multiplication des appareils domestiques, et les consommations de chauffage baissent du fait notamment de l’amélioration de l’isolation. La pile à combustible, grâce à un système 3 en 1 de micro-cogénération, apparaît comme la technologie la plus adaptée à cette évolution des besoins. Au sein d’un même système et avec une même source d’énergie, le gaz naturel, elle alimente le bâtiment en chauffage, en eau chaude sanitaire et en électricité.

 

Technologie céramique

 

Résultat de plus de dix années de recherche, la technologie développée par Vaillant est une pile à combustible en céramique dite SOFC (Solid Oxyd Fuel Cell). Sans vibration, plus silencieuse que la technologie précédente par moteur Stirling, elle affiche en outre un rendement global pouvant atteindre 175%, le plus élevé à ce jour pour un système au gaz naturel.

Dans le cœur de pile en céramique, qui fonctionne à haute température, le gaz réagit avec l’oxygène de l’air ambiant et forme de la vapeur d’eau. La réaction d’électrolyse, comparable à celle d’une pile ou d’une batterie de voiture, produit de l’électricité. Elle dégage en même temps de la chaleur, qui est accumulée dans un ballon de stockage et sert au chauffage et à l’eau chaude dans la maison.

 

80% d’électricité en autoconsommation

 

Une chaudière à condensation est couplée à la pile pour apporter un complément de chaleur. Elle n’est utilisée que si nécessaire, grâce à la régulation intelligente, alors que la pile à combustible tourne en continu. L’électricité produite sert, elle, à couvrir le besoin électrique de base de la maison, c’est-à-dire la consommation permanente : appareils en veille, box internet, réfrigérateur, etc.

On considère qu’environ 80% de l’électricité produite par la pile sera utilisée directement dans la maison, en autoconsommation. Le surplus non consommé sera réinjecté sur le réseau électrique, gratuitement. Ni second compteur à installer, ni contrat de rachat à établir, ni abonnement de production à payer. Les voisins bénéficieront en outre d’une électricité peu carbonée.

 

Pas de combustion, émissions proches de zéro

 

Le système de la pile à combustible ne fonctionne pas sur une technologie de combustion du gaz, il n’émet donc pratiquement pas de particules d’oxydes d’azote (NOx) contrairement à un système à gaz classique. Par ailleurs, la production d’électricité ayant lieu dans la maison, les émissions de CO2 sont également diminuées de 30% par rapport à une production séparée de chaleur et d’électricité.

En plus d’être une technologie aux émissions proches de zéro, la pile à combustible pourrait dans l’avenir être alimentée par du biométhane renouvelable. Il s’agit de gaz naturel dans lequel est injecté du biométhane local créé à partir de déchets. Aujourd’hui, plus de 400 projets d’injection dans le réseau de gaz sont en cours d’étude par GRDF. D’après l’Ademe, ce biométhane représenterait 50% des consommations de gaz naturel en 2050.

 

1 000 systèmes en test dans 11 pays

 

Le déploiement de la pile à combustible en France se fait dans le cadre du projet d’envergure ene.field. Ce programme européen de déploiement terrain vise à expérimenter à grande échelle et à préparer la filière de la micro-cogénération, en installant d’ici à 2016, 1 000 systèmes dans 11 pays membres, dont 50 en France. La marque Vaillant, associée à GRDF, participe à ce projet européen. Depuis le début 2015, elle a installé en France 10 piles à combustible (2 en région parisienne, 3 en Alsace, 1 dans le Nord, 1 dans l’Aube).

Une vingtaine d’installateurs ont été formés sur le produit, qui s’installe comme une chaudière à condensation. Pendant cette phase test, tous les systèmes installés et leurs performances sont suivis en continu par une équipe R&D dédiée au projet en Allemagne. Les retours d’expérience permettent déjà à Vaillant d’envisager la commercialisation à grande échelle en 2018, où la pile à combustible deviendrait une alternative à la chaudière gaz à condensation.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X