Industrie/Négoce

Ursa voit l’avenir en vert

Mots clés : Produits et matériaux

Le fabricant de laine de verre lance la gamme Terra, dont le nouveau liant supprime tout caractère irritant. Cette gamme de couleur verte devient la référence d’Ursa, pour toutes les applications.

Une laine de verre couleur vert bouteille : la gamme Terra, d’Ursa, disponible à la fin de ce mois dans les négoces, ne passera pas inaperçue. Cet aspect nouveau est dû à un changement de procédé industriel.

« Nous utilisons des fibres plus fines et plus courtes, associées à un liant de nouvelle génération, non organique », explique Nicolas Brousse, directeur général France d’Ursa. Le choix de ce nouveau liant tient à l’ambition d’Ursa sur le marché de l’isolation thermique par l’extérieur, la technologie organique n’offrant pas la meilleure durabilité en façade.

La nouvelle recette se distingue par le confort de pose qu’elle confère aux poseurs.

C’en est terminé des laines de verre irritantes.

Ursa s’engage ainsi dans la même voie que le premier fabricant français Isover, qui a lancé sa laine non irritante en début d’année.

« Contrairement à eux, nous avons fait le choix de remplacer l’ensemble de notre gamme Geo par la gamme Terra », poursuit Nicolas Brousse. De sorte que la laine non irritante sera proposée pour tous les clients de la marque, qui insiste sur la neutralité tarifaire de l’opération. En termes de packaging, quelques changements ont été apportés, en soulignant la continuité pour rendre la mutation de Geo vers Terra la plus transparent possible.

Partenaires. Pour l’industriel, ce lancement est l’occasion de réaffirmer son ambition. Car si Ursa est co-leader dans l’univers grandes surfaces de bricolage, elle reste challenger en distribution professionnelle. « Notre signature, poursuit Nicolas Brousse, c’est la proximité et réactivité, une marque business friendly qui offre aux négoces partenaires la possibilité d’aller chercher de nouveaux clients ».

Cette affirmation se traduit dans les chiffres avancés par Ursa France, qui revendique une progression de 10 % de son chiffre d’affaires dans la distribution professionnelle en 2016, dans un marché étale. « Cette année, le marché devrait enregistrer une croissance de 4 à 5 %, et Ursa bien au-dessus », prédit Nicolas Brousse, qui insiste sur l’atout du lancement de Terra, « une opportunité pour continuer à créer de la valeur ». Résultat dans quelques mois, quand Ursa aura relevé ses défis de la rentrée : le lancement de Terra et l’intégration dans le groupe allemand Xella (lire encadré).

120 M€ de chiffre d’affaires pour Ursa en France en 2016 – Source : Ursa

Focus

Xella rachète Ursa

Début août, la firme allemande Xella (Ytong, Fermacell…) a annoncé le rachat d’Ursa, détenu par le fonds d’investissement KKR.

Xella, acteur majeur du béton cellulaire et des plaques de gypse, élargit ainsi son offre, avec une entreprise spécialisée dans la laine de verre et le polystyrène extrudé.

Le chiffre d’affaires annuel de Xella, avec Ursa, avoisinera 1,8 Md€.

Selon les précisions apportées par Xella, Ursa restera une entité autonome, avec sa présence propre sur le marché français.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X