Aménagement

Urbanisme : la cité palatine Landau fait rêver la ville alsacienne d’Haguenau

Mots clés : Manifestations culturelles

En plein chantiers préparatoires au festival paysager qu’elle accueillera en 2015, Landau a démontré son dynamisme urbain, le 25 octobre à Haguenau, lors du colloque du cinquantenaire du jumelage entre les deux villes moyennes du Palatinat du sud et d’Alsace du nord.

Pendant 185 jours entre avril et octobre 2015, Landau attend au moins 600 000 visiteurs, dans d’anciennes casernes de l’armée française en cours de reconversion urbaine. 2000 événements rythmeront le « Landesgartenschau », festival de l’art du paysage. Décidée en 2010 par le Land de Rhénanie-Palatinat, l’implantation de la manifestation a donné un coup de fouet au projet urbain « Wohnen am Ebenberg ». « Planifiée initialement pour 40 ans, l’urbanisation se réalisera finalement en une dizaine d’années », précise Jörg Seitz, architecte à la ville de Landau. L’accélération crée un télescopage entre les volets événementiel et urbain du projet : les premiers habitants du futur quartier auront déjà investi leur logement quand débutera le festival, primitivement planifié pour 2014. La découverte tardive de bombes, léguées par la dernière guerre, a entraîné un report d’un an qui n’effraie pas Landau, compte tenu du précédent de Bingen : cette ville du Nord de Mayence avait également accueilli les premiers habitants de sa friche portuaire au bord du Rhin, lors du Landesgartenschau de 2008.

 

80% de subventions

 

Pour rendre possible l’accélération urbaine, la fédération et le Land dégagent des moyens financiers propres à faire rêver les élus et urbanistes français : sur l’enveloppe de 35 millions d’investissements nécessaires aux infrastructures du Landesgartenschau et portés par une société de projets détenue à 60% par la ville, Berlin et Mayence en apportent 80%. Cette manne s’ajoute à un prix de cession attractif : la Ville de Landau a acheté pour 3 millions d’euros les 25 ha des casernes Foch-Estienne, un prix que la ville de Haguenau compare avec les 2,7 millions d’euros  acquittés en 2010 pour racheter au ministère de la Défense les 9 ha des casernes Thurot, site de son futur écoquartier. Les marges réalisées sur les cessions de terrain financent le solde des investissements nécessaires à l’aménagement du nouveau quartier, évalué à un total de 60 millions d’euros pour une emprise de 29 ha.

Au centre de la longue barre qui sépare le quartier Foch-Estienne du cœur médiéval de la ville palatine, la percée réalisée dès cette année donne la clé du projet architectural et urbain : la démolition reconstruction a restitué les façades anciennes, et ouvert l’accès à la future place centrale, en plein chantier. Au-delà, une rampe verte donnera accès au belvédère de 23 m de haut, qui surplombera le « jardin des générations », bande nord-sud et colonne vertébrale du nouveau quartier. Cette pièce maîtresse se prolongera, au sud, par le « jardin du Palatinat », qui mettra en scène les paysages et l’agriculture vernaculaires, puis par des espaces dédiés aux villes jumelles, où une composition de la ville de Haguenau trouvera sa place.

 

Planification souple

 

L’accélération du calendrier du projet urbain illustre la souplesse qui caractérise sa gestation : alors que les premières projections laissaient prévoir 6000 habitants, le marché a réduit la jauge à 2000. La démographie atone de l’Allemagne et les progrès de la décohabitation justifient cette évolution. Le marché a également impacté la stratégie du maître d’ouvrage : « Faute de réponses à un premier appel d’offres européen sur de grands lots, nous avons fait appel à des équipes locales d’architectes et de promoteurs, sur des opérations de plus petite taille », témoigne Christoph Kamplade, directeur de la planification urbaine à Landau.

La souplesse se manifeste aussi à l’échelle des projets architecturaux, par exemple la crèche récemment mise en service à Landau dans l’ancien mess des officiers, sous maîtrise d’œuvre de la ville : « Dans le cadre du changement d’usage d’une ancienne caserne, les règles françaises en matière d’accessibilité ne nous auraient pas permis de maintenir les escaliers originels », remarque Yves Gross, directeur de l’architecture et du patrimoine de Haguenau. Les différences entre les projets urbains des deux villes résultent aussi du calendrier : quelques années d’avance, côté Landau, stimulent l’enthousiasme de Haguenau, pour réussir à son tour la métamorphose urbaine de sa dernière grande friche militaire de centre-ville.

Focus

Vraies jumelles

Situées à une heure de voiture l’une de l’autre de part et d’autre de la frontière franco-allemande, Haguenau et Landau enracinent leur jumelage dans des profils comparables : avec 35 000 habitants, la seconde ville du Bas-Rhin se trouve au centre d’une agglomération de 50 000 habitants âmes, sensiblement équivalente à celle de Landau (45 000), dont la commune a fusionné avec les villages périphériques.

Les confrontations militaires franco-allemandes ont donné à l’une et à l’autre un rôle stratégique. La  paix durable, la chute du mur de Berlin et la lutte contre l’étalement urbain les ont conduites, dès la fin du XXe siècle, à planifier leur développement dans d’anciennes friches militaires. Ces facteurs objectifs justifient l’engagement des deux maires, exprimé le 25 octobre à Haguenau : « Allons plus loin, y compris jusqu’à l’incitation des investisseurs de Landau et de Haguenau à s’intéresser à l’autre, d’autant qu’en Allemagne, nous avons du retard en matière de logements abordables », s’est exclamé Hans-Dieter Schlimmer, le maire social-démocrate de Landau. « Poursuivons nos échanges autour de nos développements parallèles », a réagi Claude Sturni (UMP), maire, président de l’agglomération et député, en clôture du colloque intitulé « Regards croisés sur le développement urbain ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X