Profession

Urbanisme : Jacques Lévy, Philippe Madec, Alfred Peter et Pierre Veltz en lice pour le Grand Prix 2017

Mots clés : Démarche environnementale - Gouvernement

Le jury du prix, réuni sous l’égide du ministère du Logement et de l’Habitat durable, s’est réuni pour un premier tour de discussion le 20 mars 2017 et a dressé une liste restreinte de quatre candidats. Ces nominés vont désormais faire valoir leurs positions dans une «biographie scientifique».

Chaque année, le Grand Prix de l’urbanisme revient à une personnalité reconnue pour sa «capacité à faire avancer la discipline». Cette distinction décernée par le ministère en charge du sujet, et donc pour l’heure celui du Logement et de l’Habitat durable, récompense depuis 1989 des personnalités aux profils divers, aussi bien des maîtres d’œuvre qu’ils soient architectes, paysagistes, urbanistes ou bien des chercheurs ou encore des représentants de la maîtrise d’ouvrage. L’an dernier, il a été remis à l’architecte-urbaniste en chef de l’Etat, Ariella Masboungi.

Pour l’édition 2017, quatre prétendants au titre ont été retenus par le jury réuni lors d’une première session le 20 mars 2017 et ils présentent donc à nouveau des curriculum vitæ variés :

Jacques Lévy, géographe. Né en 1952, il enseigne notamment la géographie et l’urbanisme à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) où il dirige le laboratoire Chôros et le programme doctoral Architecture et Sciences de la Ville. Intéressé à la qualité des formes urbaines et partisan de la ville dense, il est l’auteur de nombreux ouvrages tel que «Réinventer la France» ou «L’invention du monde, une géographie de la mondialisation.»

 

Philippe Madec, architecte et urbaniste. Né en 1954, il a toujours développé «une approche éco-responsable du projet architectural et urbain», devenant en cela un des pionniers du développement durable. Travaillant à différentes échelles de projets, il défend l’idée que tout territoire mérite une attention et que l’urbanisme ne peut être l’affaire que des métropoles. Philippe Madec est également enseignant et écrivain.

 

Alfred Peter, paysagiste et urbaniste. A l’origine biologiste et diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, il a fondé son agence en 1985. Il s’est fait connaître par son travail d’aménagement des grands projets de transports en commun, en particulier pour le tramway de Strasbourg, ou encore par ses interventions sur le littoral. Partisan d’une certaine frugalité, il s’est aussi distingué par sa vision d’une «écologie festive».

 

Pierre Veltz, ingénieur et chercheur en sciences sociales. Né en 1945, il est reconnu pour ses travaux sur la mondialisation et l’évolution de l’organisation des firmes et du travail ainsi que sur les dynamiques des territoires, à différentes échelles. Pierre Veltz est aussi un représentant de la maîtrise d’ouvrage publique, puisque de 2010 à 2016, il a dirigé l’établissement de Paris-Saclay et ainsi présidé à l’émergence du cluster scientifique et universitaire de la métropole parisienne.

Désormais, les quatre nominés vont devoir rédiger leur «biographie scientifique» qui définira autant leur action professionnelle que les contours de leurs réflexions. Sur cette base, le jury, qui doit se réunir à nouveau à la fin avril, choisira le lauréat. Le Grand Prix de l’urbanisme est traditionnellement remis en fin d’année, en même temps qu’est publié un livre sur l’œuvre du récipiendaire.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X