Chantiers

Une vaste toile pour protéger un campus numérique près d’Aix-en-Provence

Mots clés : Architecte

Sur le plateau de l’Arbois à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) sort de terre «thecamp», un projet de campus dédié à la transformation numérique imaginé par l’architecte marseillaise Corinne Vezzoni.

«thecamp», campus de l’innovation numérique conçu par l’architecte Corinne Vezzoni, doit ouvrir ses portes à la fin septembre. Tout l’été servira à terminer le second œuvre et à aménager les espaces paysagers de cet écrin voulu par Frédéric Chevalier, porteur du projet, pour être un lieu d’enseignement et favorisant l’émergence de nouvelles idées. Le fondateur de l’agence de marketing digital HighCo a donné carte blanche à Corinne Vezzoni avec comme unique mot d’ordre de créer un lien exemplaire en matière de développement durable. C’est ce qu’il a répété lors de la visite sur site de Renaud Muselier, président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, le 12 juillet dernier. «thecamp est un lieu dédié à la transformation numérique qui veut explorer le futur. Il faut être dans l’exemplarité totale quand aux modes de construction, à l’harmonie avec la nature et aux entreprises hébergées», a déclaré le chef d’entreprise qui a su mobiliser des fonds privés et des subventions publiques pour un projet estimé à 21 millions d’euros HT.

 

Se fondre dans le paysage

 

Pour la maîtrise d’œuvre, l’enjeu était de se fondre dans le paysage de garrigue du plateau de l’Arbois et de créer les meilleures conditions d’accueil à des dirigeants de jeunes pousses, des étudiants et des experts. «Nous avons pris comme parti d’offrir de l’espace et de dialoguer avec la nature en valorisant notamment les qualités paysagères du site de six hectares», rappelle ainsi l’architecte Corinne Vezzoni. En poussant plus loin la réflexion, la maîtrise d’œuvre a décidé de se passer de halls et couloirs pour permettre à l’usager de circuler sans contrainte. Pour cela, un parasol géant protège les différentes constructions qui serviront de bureaux, salles de réunion, d’auditorium ou bien à préparer les repas. S’inspirant des cellules mises sous cloche en biologie pour qu’elles prolifèrent dans les meilleures conditions, Corinne Vezzoni a conçu des bâtiments circulaires.

Sur les treize incubateurs (19 m de diamètre, plateau de 245 m2), sept sont en verre pour respecter le principe du dedans/dehors. Le plus grand abrite l’auditorium. Donnant sur la terrasse, qui elle-même s’ouvre à l’est vers la montagne Sainte-Victoire, il est la pièce maîtresse de l’ensemble avec des panneaux en verre de 5,50 m de haut et 2,70 m de large (système VEC). Les six autres sont composés de panneaux de verre plus petits (2,70 m de long et 2,88 de haut) conçus et mis en œuvre par l’entreprise Chiri.

 

Parasol géant

 

Elément central du campus, le parasol géant, dont la hauteur varie entre 13 et 8 m, offre des vues sur la montagne Sainte-Victoire à l’est, un piton rocheux à l’ouest, le massif de l’Etoile au sud et la forêt au nord. Outre les vues, le vent et le souci de respecter le dénivelé du terrain ont déterminé sa pente et l’implantation des 24 poteaux qui supportent la structure métallique sur laquelle il est posé. Composé de trois morceaux de toile technique en matériaux composites Ferrari, il représente une superficie de 6 600 m2 . Sa conception et son exécution ont demandé un long travail d’études. «Le bureau d’études Optiflow spécialisé dans l’aéraulique a étudié le confort sous la toile. Dans la partie nord-ouest, par exemple, il y a la plus forte densité de bâtiments pour faire écran au mistral. Cette toile a des propriétés élastiques capables, par exemple, d’accueillir les 10 à 15 cm de neige qui peuvent tomber dans cette région méditerranéenne. Elle se déforme jusqu’à 70 cm», précise Martin Boiteau, directeur de projets chez Corinne Vezzoni & Associés .

 

Chapiteau inversé

 

La structure de la tente est un système de chapiteau inversé mis en tension par-dessous: «Ancré au sol, chacun des trois impluviums est tiré vers le bas par un anneau métallique ou cerce et des câbles. L’ensemble de ces impluviums a une fonction très claire, celle de récupérer l’eau et de la rejeter à l’extérieur de la toile dans le bassin de rétention et les noues. Sur l’ensemble de la toile, on est capable de récupérer 800 m3 d’eau par heure sur l’ensemble de la toile», poursuit Martin Boiteau.

Etanches, les trois morceaux de toile de type Ferrari ont été cousus à la main dans des ateliers spécialisés dans la voile marine. Le 13 juillet, l’entreprise ACS a terminé de tendre les trois toiles qui recouvrent les 13 incubateurs. Cette semaine, les derniers travaux de finition consisteront à mettre en tension les câbles.

 

Trois procédés constructifs

 

Sur ce chantier, trois procédés constructifs ont été mis en œuvre. L’ossature bois pour les deux bâtiments (RH1, RH2) abritant les 155 chambres de 15 m2 en moyenne, le béton pour certains des incubateurs abrités sous la toile et les villas cachées dans la forêt, ainsi que le métal pour la structure de la toile et celle des incubateurs. Pour des raisons de compacité, la maîtrise d’œuvre a par exemple privilégié le bac acier béton en toiture.

Le bois s’est imposé compte tenu de sa légèreté et de sa rapidité d’exécution. Le souci du moindre impact sur l’environnement et d’épouser le plus possible le relief du terrain a en effet guidé le projet. Ainsi, l’entreprise Mathis a monté les structures des deux bâtiments en bois entre juillet et septembre 2016 en trois mois.

Par ailleurs, le RH1, premier bâtiment en bois qui forme un L, se termine en pilotis pour respecter les courbes de niveau du terrain. Pour les refends intérieurs de 6 cm d’épaisseur, Mathis a opté pour le CLT, process de panneaux massifs en bois croisés. Pour les façades extérieures, ont été privilégiés les panneaux à ossature bois (12,5 cm d’épaisseur) doublés d’une peau intérieure pour l’isolation thermique.

 

Focus

Maître d’ouvrage: thecamp

Promoteur: Redman Réalisation

Maîtrise d’œuvre: Corinne Vezzoni & Associés (architecte), Artelia (BET), 8’18’’ (éclairagiste), Leich (structure), Optiflow (fluides).

Entreprises: Midi Travaux (VRD); Campenon Bernard (Gros œuvre);  ICM/ACS (charpente métal toile et charpente métal incubateurs); Mathis (charpente bois, bardage et couverture étanchéité RH); Spal (étanchéité: incubateurs et suites);  Chiri (conception et mise en œuvre des vitrages des incubateurs; menuiseries extérieures); Bourneuf (RH et suites);  Santerne (CFO/CFA/SSI);  Climatech (CVC/plomberie); Ckat (cloison/doublage/faux plafond); Bareau (menuiseries intérieures); SPTB (carrelage faïence); Series (revêtements muraux et peintures); 2SRI (sols souples); Schindler (ascenseurs); IDVerde (espaces verts); Belle Environnement (fontaine); AMG Fechoz (machinerie scénique); Axians (audiovisuel et Eclairage); Hugon (fauteuils de l’amphithéâtre); Provence Froid (équipements cuisines); Sare (panneaux photovoltaïques).

Coût travaux: 21 millions d’euros HT (1 15O euros/m2).

Durée du chantier: 18 mois.

 

Enregistrer

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X