Immobilier

Une résidence étudiante en peau d’écailles marquera l’entrée de ville de Marseille

Mots clés : Bâtiment d’habitation collectif - Entreprise du BTP

Le 1er mars à Marseille, Bouygues Immobilier a posé la première pierre de la résidence étudiante Kley réalisée pour le gestionnaire Dométude. L’opération va participer au renouvellement urbain d’un quartier situé sur le périmètre d’Euromed, à la frange des quartiers Saint-Charles et de la porte d’Aix.

Ce 1er mars à Marseille, Bouygues Immobilier  a posé la première pierre de Kley Marseille. L’opération, emblématique, participe à la revitalisation d’un quartier en renouvellement urbain. C’est d’ailleurs en ces termes que François Bertière, président de la société de promotion, a présenté le projet de transformation de l’ancien siège de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) en une résidence étudiante de 340 chambres (8 000 m2 de surface utile) pour un montant de travaux d’une dizaine de milliers d’euros HT (soit 56 000 euros HT la chambre). « C’est un exemple d’opération où on reconstruit la ville sur elle-même. C’est la première de cette envergure que nous réalisons en France », a-t-il déclaré.

 

 

D’ailleurs, pour cet immeuble situé en entrée de ville, à côté de l’autoroute A7, le promoteur a confié à l’agence marseillaise Tangram Architectes la tâche d’en faire un bâtiment signal. Il se caractérisera ainsi par sa façade ouest habillée d’écailles en aluminium thermolaqué orange et or avec pour fonction de protéger du soleil mais aussi d’interpeller l’automobiliste qui empruntera l’autoroute. « Les écailles sont des brise-soleil qui préviennent de la surchauffe et de l’éblouissement du soleil de l’après-midi. Chaque écaille agit comme un miroir qui reflète le soleil couchant, couleurs et inclinaisons variant d’une écaille à l’autre et esquissant un mouvement fluide sur la façade », raconte Emmanuel Dujardin, architecte associé.

 

Focus

Un sujet technique

La principale difficulté du projet de transformation de l’ancien immeuble de bureaux de la CPAM a été le traitement acoustique. Bouygues et la maîtrise d’œuvre ont choisi de traiter les façades en créant des menuiseries à double vitrage isolant avec une performance acoustique allant jusqu’à 41 dB. Les autres difficultés ont été la démolition des deux cages d’escalier et des quatre cages d’ascenseur, le coulage sans grue de deux planchers complets en béton pour créer des niveaux double-hauteur. La pose des 5000 écailles sur la façade ouest sera un autre enjeu technique. Sur des tubes horizontaux posés pour faire l’aplomb, vont être amenés des modules préfabriqués d’écailles d’environ 10 m2.

 

Restructurer

 

La CPAM a mis en vente l’immeuble de bureaux en 2014. L’enjeu pour Bouygues Immobilier a été de trouver une sortie commerciale à un bâtiment construit en 1966. « Le démolir et reconstruire sur le site nous aurait fait perdre en constructibilité. En effet, le PLU de la Ville de Marseille interdit désormais de construire aussi haut. Le choix a donc été fait de restructurer le bâtiment en R+9. La trame se prêtait assez bien à l’aménagement de logements », a précisé Rémy Courtes, directeur de l’agence de Bouygues Immobilier.

Propriétaire du foncier fin 2014, Bouygues Immobilier l’a revendu en VEFA à Dométude un an plus tard pour un montant de 19 millions d’euros TTC. Le gestionnaire français de résidences étudiantes a obtenu l’habilitation ERP qui lui permettra aussi de dédier 60 chambres à l’hôtellerie l’été. A cet effet, deux entrées séparées ont été conçues.

 

Deux tranches

 

L’affaire a été rondement menée. Déposé en avril 2015, le permis de construire a été obtenu cinq mois plus tard et les travaux de désamiantage ont pu démarrer  au printemps 2016. Aujourd’hui, la démolition et le gros œuvre sont achevés. Les travaux d’aménagement vont démarrer  pour une livraison de deux tranches : 280 chambres en juin 2018 ; 60 chambres en juin 2019.

Dométude, dont c’est le premier investissement à Marseille, fait un pari sur l’avenir en s’installant sur un terrain à proximité de l’autoroute situé dans le périmètre d’Euroméditerranée, à la frange des projets urbains de la gare Saint-Charles et de la porte d’Aix.  L’opérateur qui a investi dans des opérations similaires à Rennes et à Paris-Saclay, va rester propriétaire de la résidence proposant des loyers autour de 500 euros. « Bouygues avec qui nous avons déjà travaillé est venu nous chercher. Les chambres de 17,50 m2 sont plus petites que celles que nous proposons normalement. Mais Marseille est un marché en tension pour le logement étudiant. De plus, la résidence se situe à proximité de la fac Saint-Charles, de la gare et d’une station de métro », a justifié Jean-Baptiste Mortier, président de Dométude.

 

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Bouygues Immobilier

Maîtrise d’œuvre : Tangram Architectes (conception et exécution) ;  société Elite (OPC et synthèse) ; Europacte (mission SPS).

Principales entreprises : Cari/Fayat (gros œuvre) ; Kalia (menuiserie extérieure) ; Les travaux du sud (Placo ; doublage) ; Sodexal (plomberie, VMC, climatisation) ; VEITECH (électricité, courants forts, courants faibles) ; DACOS (menuiserie) ; Bâtiment et couleurs du sud (sols souples, sols durs, peinture) ; EVANGELISTA (serrurerie, métallerie, écailles) ; E2J (étanchéité).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X