Environnement

Une mise en garde de l’Agence internationale de l’énergie

L’énergie est à la base du développement économique et de la lutte contre la pauvreté, mais les modes actuels de production et de consommation énergétiques menacent l’environnement, a averti l’Agence internationale de l’énergie (AIE) à trois mois du 2ème sommet de la Terre, prévu fin août 2002 à Johannesburg.
« Des changements considérables sont nécessaires » si la communauté internationale veut mener une politique énergétique favorisant le développement durable, a estimé devant la presse le directeur exécutif de l’AIE, Robert Priddle.
M. Priddle présentait au siège de l’AIE à Paris un document négocié pendant six mois par les 26 pays industriels membres de l’organisation, « Solutions pour un développement durable du secteur énergétique » (« Toward solutions: sustainable development in the energy sector »).

Le développement durable, objet officiel du sommet de Johannesburg (26 août-4 septembre) auquel 60000 personnes sont attendues, veut combiner croissance économique et protection de l’environnement de façon à ce que la dégradation des ressources naturelles ne menace pas à long terme la survie de l’humanité.
Actuellement le tiers de l’humanité (deux milliards d’hommes) vit sans électricité, rappelle le document. L’électrification des régions démunies nécessite quelque 3000 milliards de dollars d’investissements d’ici 2020. Globalement la demande énergétique va augmenter de 57% d’ici 2020 et la poursuite des politiques énergétiques actuelles risque de « peser lourdement sur l’environnement ». En particulier le développement des transports menace d’entraîner « une pollution de l’air considérable ».

Une politique énergétique respectueuse de l’environnement doit assurer la « sécurité des approvisionnements, un point critique qui paraît être négligé dans les discussions préparatoires de Johannesburg », selon M. Priddle.
Le document, présenté alors qu’une nouvelle réunion préparatoire a commencé lundi à Bali (Indonésie) formule 25 recommandations pour la centaine de chefs d’Etat et de gouvernement attendus à Johannesburg.
Il demande notamment aux pays du Nord de libéraliser leurs marchés et d’encourager l’efficacité énergétique, de favoriser le décollage des renouvelables par des mécanismes de marché appropriés (certificats verts notamment) et d’appliquer la « vérité des prix » aux consommateurs. Il invite pays du Sud et en transition à créer un environnement législatif propice aux investissements publics et privés.

Focus

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X