Industrie/Négoce

Une maçonne règne sur la planète PME

Mots clés : PME

Grâce à sa présentation des qualités d’isolation et d’inertie des murs Macc 3, Valérie Bindler a remporté le 28 juin à Paris la première coupe de France des entrepreneurs.

Créateur de l’entreprise Macc 3 à Wittenheim (nord de l’agglomération mulhousienne) et inventeur des murs du même nom, Pierre Macchi a joué l’atout Femme, pour remporter la première coupe de France des entrepreneurs, remise le 28 juin en présence des ministres Arnaud Montebourg et Pierre Moscovici, à l’occasion du 10ème anniversaire du salon Planète PME porté par la CG-PME. Le maçon alsacien d’ascendance italienne a confié à Valérie Bindler la stratégie de développement de son produit industriel breveté, associant inertie du béton et isolation thermique par l’extérieur.

Après avoir tenu à deux secondes près l’épreuve des « trois mn pour convaincre », l’unique collaboratrice de la société créée en 2006 est sortie indemne du feu de questions du jury. Elle a triomphé de ses cinq concurrents issus d’autres sélections régionales, parmi lesquels elle représentait à elle seule le secteur de la construction, en même temps que l’Alsace. « J’ai cassé le mythe des blondes et le tabou des femmes dans le bâtiment », sourit l’alsacienne d’origine espagnole, âgée de 45 ans et mère de deux filles.

Renforcée par l’épreuve

Valérie Bindler et Pierre Macchi reviennent de loin : en 2009 à la suite d’une campagne médiatique et d’une procédure judiciaire engagées par une cliente mécontente, la liquidation du constructeur de maisons individuelles Macchi Construction, de Staffelfelden, laisse 30 salariés sur le carreau, malgré le classement de l’affaire prononcé en juin 2012 par le tribunal correctionnel de Mulhouse. « Cet épisode, je le vis aujourd’hui comme une chance. J’ai remis les compteurs à zéro et j’ai continué à bosser, malgré l’âge de la retraite », témoigne l’inventeur de Macc 3 et de Macc 3 B, sa déclinaison avec isolant en bois, brevetée en 2010. Dans sa deuxième vie d’entrepreneur, Pierre Macchi, qui préside la fédération du BTP du Haut-Rhin, a engagé les deux femmes qui ont accompagné la première : son épouse, qui tient les comptes, et l’ancienne responsable qualité de Macchi Construction Valérie Bindler, qui avait conduit l’entreprise vers les certifications Iso 9001 et Iso 14 001.

Originaire de Staffelfelden, dans l’ancien bassin potassique alsacien, tout comme Pierre Macchi, la chargée du développement de Macc 3 présente en ces termes le tandem qu’elle forme avec ce dernier : « J’apporte le calme et lui fonce ». Entrée chez Macchi Construction comme secrétaire en 1990 après avoir obtenu son BTS d’informatique, Valérie Bindler apporte également l’acquis des formations suivies depuis 2008 : économies d’énergie dans le bâtiment (Feebat), mais surtout le parcours de sept mois proposé par la CCI de Colmar, sous le  nom de « responsable de systèmes de management intégré qualité environnement ».

 

Avenir en rose

Les premiers succès de Macc 3 lui doivent beaucoup : après un premier exercice soldé à 76 000 euros en 2009, le chiffre d’affaires a approché les 300 000 euros en 2011, année marquée par le trophée de l’Inpi au concours Lépine, et par un second prix au concours régional des « talents d’entrepreneurs », organisé par les experts comptables. Dans l’immédiat, la production et les chantiers s’appuient d’une part sur la location de deux tables de montage, chez le pré-fabricant allemand Bürkle, basé à Saasbach (Forêt-Noire), à 140 km de Mulhouse, et d’autre part sur des entreprises de pose formées par Macc 3.

Désormais, Valérie Bindler regarde l’avenir depuis les hauteurs du nuage où l’a propulsée la coupe de France : en septembre, les inventions de Pierre Macchi passent l’épreuve du comité de labellisation du pôle de compétitivité Alsace Energivie, en s’appuyant sur quatre labels BBC Effinergie recueillis par des maisons livrées en 2012 à Wittelsheim. A l’automne, Valérie Bindler profitera du séjour pour deux personnes à New-York qui accompagne sa coupe. Le trophée vaut également comme ticket d’entrée dans le groupe de 20 entrepreneurs français qui participeront en septembre 2013 au prochain sommet du G20 à Saint-Pétersbourg, pour tenir le rôle de laboratoire d’idées de développement auprès des chefs d’Etat qui tirent l’économie de la planète.

Dans l’immédiat, elle gère les dividendes du succès : les demandes de licence se bousculent, en provenance d’Afrique du Sud, du Maghreb, du Brésil, de la Guinée-Conakry, du Qatar… Objectif : réunir les fonds qui permettraient d’une part de lancer un investissement de 8 millions d’euros pour fabriquer Macc 3 en Alsace, d’autre part de financer l’entrée de la lauréate de la coupe de France dans le capital de l’entreprise, dans la perspective de sa reprise. Pendant ce temps, Pierre Macchi peaufine sa prochaine invention, dédiée au marché de la rénovation.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X