Chantiers

Une façade s’habille d’une arborescence en Corian

Mots clés : Agencement intérieur - Produits et matériaux

Dans le cadre d’une réhabilitation lourde, la façade d’un immeuble des années 1960 est animée d’un parement en trois dimensions réalisé en Corian, matériau haut de gamme plutôt destiné à l’agencement intérieur.

Pour la réhabilitation lourde du Foyer des 4 soleils, bâtiment emblématique de Val-de-Reuil (Eure), la mairie de la plus jeune commune de France a souhaité une façade originale et innovante. L’utilisation du matériau DuPont Corian, conçu pour les laboratoires pharmaceutiques, est non seulement un clin d’œil à l’importance de cette activité à Val de Reuil mais aussi un défi technique pour un matériau peu habitué à cet emploi.

 « Il n’était pas question de détruire cet ancien foyer social désaffecté, raconte Fabrice Barbe, directeur général des Services. Ce bâtiment est un repère géographique de la ville dans un quartier qui n’était jusqu’alors constitué que de logements locatifs sociaux. Nous souhaitions un projet significatif sur le fond et sur la forme.  Nous avons choisi d’en faire un hôtel d’entreprises afin de dynamiser le quartier. Les architectes Bernard Malecamp et Nicolas Mevel ont proposé pour la façade un principe d’arborescence en Corian, pour être en cohérence avec la démarche de la ville sur le plan architectural : innovante et renouvelée. »

 

Cintrage 3D et découpe numérique

 

Sur fond de façade existante peinte en brun foncé pour s’effacer, les rameaux de Corian s’entrecroisent sur trois plans, à respectivement 20, 30 et 40 cm de la paroi. Chaque élément est fixé au mur par au moins deux figes filetées ancrées dans le béton, un tube en acier inoxydable jouant le rôle d’entretoise.

Créa Diffusion, entreprise de Metz spécialisée dans la transformation du Corian, a mis au point un système de préhension sur les machines de découpe pour combiner un cintrage en 3D avec un découpage précis en commande numérique.

Après  implantation des fixations sur la façade avec une marge d’erreur de quelques centimètres, la seconde étape a consisté, grâce à un faisceau laser, à retailler de nuit les tubes inox qui servent de cale pour l’éloignement vis-à-vis de la façade. Un relevé laser des quelque 1000 têtes de fixations en attente a ensuite été réalisé afin de supprimer la marge d’erreur et adapter (légèrement) les plans pour réaliser en atelier les lames et les perçages de points d’accroche. Enfin les éléments ont été montés sur la façade avant de reboucher les boulons prisonniers pour les rendre invisibles.

« Des essais réalisés avec le concours du CSTB ainsi que des tests in situ (arrachement des fixations) et dans les ateliers de Créa Diffusion (traction et cisaillement sur montage similaire) ont permis d’obtenir un avis favorable du bureau de contrôle Socotec », précise Thierry Delles, dirigeant de Créa Diffusion.

Les travaux en entreprise générale ont été réalisés par Quille Construction (Bouygues Construction).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X